Introduction

Eté 2018, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Saint-Etienne, Nantes, Angers, Lorient, Reims, Troyes, Monaco, des villes dont le point commun est le nom d’un champignon pathogène ravageant leur pelouse de stade de Ligue 1 ou 2. Son nom : Pyricularia Grisea, ou pyriculariose ou encore Gray Leaf Spot. Ce champignon historiquement ravageur de la culture du riz s’est peu à peu répandu sur les graminées fourragères dans les années 70 puis sur plusieurs espèces de gazon dans les années 90 aux USA. Contrairement aux idées reçues, ce champignon n’est pas du tout nouveau et les solutions existent déjà outre-mer avec bientôt 30 ans de recul. Durant l’été 2018, nombreux sont les articles de journaux ou commentaires sur les sur les pelouses françaises des plus gros clubs1,2.

Différents articles tentent d’ailleurs d’apporter plus d’explications sur les origines de cette problématique3–5 mais rien n’est très précis ni documenté. A l’aide de nombreuses références scientifiques issues des travaux scientifiques à travers le monde, cet article a d’abord pour but, d’apporter plus de clarté et d’explications précises sur le phénomène. Il évoque dans une seconde partie les solutions potentielles et pratiques à mettre en œuvre pour les intendants des pelouses sportives. Enfin, l’article se termine par les réponses aux questions posées par la clinique du gazon à deux scientifiques experts du champignon pathogène : P. Landschoot et B. Clarke des université de Penn State et de Rutgers. Merci pour leur aimable participation.

Auteur : R. GIRAUD

Identification du champignon

La maladie du raygrass anglais Gray Leaf Spot est causé par Magnaporthe oryzae6 (M. oryzae) dont la forme anamorphe (forme reproductrice asexuée) est Pyricularia oryzae7 anciennement désignée Pyricularia grisea8 (P. Grisea). Couch et Kohn avaient en effet proposé en 2002 de diviser Magnaporthe grisea en deux espèces : M. Grisea et M. Oryzae suivant les différentes souches causant des maladies sur de nombreuses graminées incluant le raygrass anglais6. Seule la forme anamorphe est rencontrée dans la nature même si la forme téléomorphe (forme sexuée) a été obtenue in-vitro9. Dans cet article sera utilisé le terme P. Grisea pour plus de facilité.

Magnaporthe oryzae est un champignon ascomycète de la famille des Magnaporthaceae. Il est pathogène sur plus de 50 graminées10 incluant les céréales, les graminées fourragères mais également les gazons8,11–14. Ce pathogène est probablement le plus connu sur la culture du riz (Oryza sativa L.) dont il provient probablement avec des dégâts parfois dévastateurs et spectaculaires sur une distribution géographique large15. Il est en effet capable d’infecter le riz à n’importe quel stade de croissance causant une mort rapide du plant d’où l’appellation « blast » par les anglosaxons. Ce terme est d’ailleurs repris lorsque le champignon se développe sur éleusine (Eleusine Corocana) et sur blé (Triticum aestivum L.). Les principales autres plantes hôtes touchées par le champignon sont le blé, l’orge, Setaria spp., Eleusine spp., Leersia spp. et Panicum spp.15.

dégâts sévères causés par P. Grisea sur riz (Rice Blast) à gauche et sur gazon (Gray Leaf Spot) à droite
Figure 1 : dégâts sévères causés par P. Grisea sur riz (Rice Blast) à gauche et sur gazon (Gray Leaf Spot) à droite. Photographies : UC Rice Blog et IAturf. Licence : photographie gauche par UC Rice Blog tous droits réservés “ et “Gray leaf spot did show up in central iowa”  par ia Turf tous droits réservés

Origine et diversité génétique

La compréhension de la génétique du champignon et de son mode de reproduction est un facteur clé dans la gestion des épidémies (efficacité des fongicides, sélection de cultivars résistants, viabilité des souches dans le temps). Une variabilité génétique élevée implique évidemment une plus grande habileté pour le champignon à trouver des parades lors des recombinaisons génétiques (reproduction sexuée) pour devenir résistant à des familles de fongicides ou virulents sur des cultivars résistants16. La reproduction sexuée en ce sens est connue pour être la source la plus importante de variabilité génétique pour les champignons puisque les individus partagent alors leur ressource génétique. La reproduction asexuée quant à elle, implique une reproduction dite « clonale » qui transmet le même patrimoine génétique d’un individu à l’autre et donc des caractéristiques identiques sauf dans le cas de mutations.

Très peu d’évidences scientifiques sont connues à propos de l’origine et la propagation des populations de P. Grisea associées aux espèces de gazon comparées à celles du riz ou mauvaises herbes de cette culture dont le champignon pathogène provient16. Couch émet l’hypothèse en 2005 d’un déplacement des souches du champignon depuis les sétaires jusqu’au riz lors de la domestication de la graminée9. P. Grisea se serait ensuite étendu à d’autres plantes hôtes indésirables sur la culture du riz (Panicum, Leersia)9 mais le lien reste incertain. Le même chercheur pense que les lignées de P. Grisea se seraient adaptées aux plantes hôtes citées précédemment et auraient divergé avec une faible diversité génétique que l’on peut imaginer comme un arbre à branches9,15. Deux études plus récentes vont dans le sens de cette hypothèse17,15. Selon la première17, la diversité génétique des souches isolées sur riz en Asie est 3 à 4 fois supérieure à la diversité observée en Europe ou en Amérique. Toutes les infections observées ailleurs dans le monde seraient secondaires et auraient une origine asiatique. La reproduction par voie clonale dans les autres régions du globe explique une diversité génétique plus faible. En Europe et dans le bassin méditerranéen, toutes les populations proviennent d’un même groupe (voir figure 2). L’auteur pense ainsi que l’épidémie européenne proviendrait d’une source inconnue qui s’est dispersée. L’autre publication15 de 2015 étudie la diversité génétique de P. Grisea sur différentes plantes hôtes pour étudier les liens entre les populations. Il en résulte encore une divergence des lignées des plantes hôtes sans grande diversité génétique, allant bien dans le sens d’une origine probable en Asie. Malheureusement, très peu de données existent sur les souches isolées en Europe sur les espèces de gazon et il est difficile de trouver l’origine exacte des souches.

Bien que les populations de P. Grisea se reproduisent par voie clonale à une échelle locale (chaque individu transporte le même bagage génétique sauf dans le cas de mutations) des traces d’anciennes recombinaisons génétiques existent9. Des évidences de reproductions sexuées pourtant non observées dans la nature ont d’ailleurs été relevées dans certaines régions de l’Asie du Sud-Est, non loin du berceau de la maladie17–19. Il semblerait par contre que les migrations vers les autres continents (Europe, USA) aient été accompagnées par une perte systématique de la reproduction sexuée et donc une reproduction uniquement clonale. Enfin, malgré cette reproduction clonale, l’étude de la diversité génétique des populations de P. Grisea isolées sur riz à travers le temps montre l’augmentation de la diversité au bout de 10 ans en Californie20. Certains mécanismes ne sont donc pas encore bien connus.

proportion des souches appartenant aux 3 groupes identifiés dans l'étude depuis les 55 souches isolées sur riz et arbre génétique
Figure 2 : A gauche : proportion des souches appartenant aux 3 groupes identifiés dans l’étude depuis les 55 souches isolées sur riz. A droite : Arbre génétique résultant de l’analyse des populations. La diversité génétique provient clairement des pays Asiatiques (ronds avec les 3 couleurs donc avec la diversité génétique la plus élevée). (Source : Saleh et al., 2014). Licence : Figure 1 et figure 4 par l’éditeur Wiley sous licence CC BY 3.0

En ce qui concerne le gazon, une étude de 2001 utilisant des marqueurs moléculaires indique que les populations de P. Grisea isolées sur raygrass anglais aux USA lors des premières grosses épidémies sont issues de seulement 3 lignées21(voir figure 3). Dans cette même étude, il a été démontré que ses souches étaient proches de celles isolées sur blé et triticale mais distinctes de celles isolées sur riz. Une étude similaire menée à la même époque indique que les souches isolées sur raygrass anglais sont distinctes de celles isolées sur digitaire, sétaire et riz22. Ces mêmes souches sont par contre proches de celles isolées sur fétuque élevée et dans une moindre mesure de celles isolées sur blé. Cette étude conclue que les épidémies observées semblent provenir d’une population spécifique du raygrass anglais et de la fétuque élevée. Pourtant, les tests de pathogénicité effectués lors de la première étude21 montrent des infections croisées entre les différentes espèces (blé, triticale, raygrass anglais, fétuque élevée, voir figure 4). Les souches isolées sur raygrass anglais sont virulentes sur fétuque élevée, blé et triticale mais pas sur riz. Une souche isolée sur blé et une souche sur triticale sont virulentes sur raygrass anglais et fétuque élevée. Ceci montre donc que d’autres espèces hôtes (céréales à grains : blé, triticale) sont potentiellement une source d’inoculum lors des épidémies de Gray Leaf Spot21 sur gazon.

comparaison des similarités génétiques entre 62 souches de P. Grisea isolées sur 29 golfs aux USA
Figure 3 : comparaison des similarités génétiques entre 62 souches de P. Grisea isolées sur 29 golfs aux USA. Les 3 lignées génétiques sont visibles à droite. (Source :Viji et al., 2001). Licence : Figure 1 et figure 2 par American Phytopathological Society (APS) sous licence open access

Un autre aspect important pour une meilleure compréhension des épidémies du pathogène et des solutions à mettre en œuvre porte sur son mode de reproduction. G. Viji et W. Uddin publient une étude en 2002 portant sur le type sexuel et le statut de fertilité de P. Grisea23. Toutes les souches isolées sur raygrass anglais appartiennent à un seul type sexuel (MAT1-2) indiquant que les recombinaisons sexuelles sont très peu probables et que la reproduction est majoritairement asexuée. En effet, M. oryzae étant hétérothallique, il a besoin de deux types sexuels pour se reproduire sexuellement (MAT1-2 et MAT1-1). Ces résultats coïncident avec ceux d’une étude citée précédemment21. Enfin, aucune souche isolée sur raygrass anglais n’est capable de produire des ascospores (spores sexuées), quel que soit le stade de développement23. L’étude conclue sur la faible fertilité de P. Grisea du fait de l’absence de fertilité femelle et de formation d’ascospore qui indiquent une reproduction exclusivement clonale des souches du pathogène23. Les souches à la base des épidémies sont donc probablement localisées (avec une éventuelle récurrence annuelle suivant les conditions climatiques). La variabilité génétique est faible (seulement 3 lignées21) la reproduction se fait par voie clonale (lignées clonales)21. Une étude similaire portant sur des souches isolées sur Saint Augustine Grass et fétuque élevée dans l’état de Géorgie aboutit aux mêmes résultats pour la fétuque élevée et tire strictement les mêmes conclusions24.

Incidence (en haut) et intensité (en bas) du Gray Leaf Spot sur raygrass anglais, fétuque élevée et blé
Figure 4 : Incidence (en haut) et intensité (en bas) du Gray Leaf Spot sur raygrass anglais, fétuque élevée et blé. La fétuque élevée est moins sensible que le raygrass et le blé. Les souches sont capables d’infecter les 3 espèces. (Source : Uddin et al., 2003). Licence : Figure 2 par American Phytopathological Society (APS) sous licence open access

Une autre publication plus récente (2007) étudie le lien entre les souches isolées sur raygrass anglais aux USA et les souches isolées au Japon25. En effet, de 1996 à 1999, c’est-à-dire à la même époque des épidémies américaines, plusieurs foyers de Gray Leaf Spot furent signalés sur différents golf au Japon26,27. Il s’avère que les souches provenant des deux pays sont étroitement liées et dérivent du même ancêtre probablement responsable des épidémies rencontrées au Japon et aux USA. L’étude propose deux hypothèses concernant l’origine des épidémies :

  • Considérant les importations de semences de gazon produites aux USA par le Japon et considérant la possible propagation de Grisea par les semences7,28, des souches provenant des USA ont pu être importées au Japon.
  • Une propagation par voie aérienne des spores de manière indépendante aux USA et au Japon par une source commune non identifiée.

Enfin, l’étude la plus récente16 (2010) concernant la génétique de P. Grisea apporte de nouveaux éléments. Alors qu’il était admis que l’origine des épidémies signalées dans l’Ouest des USA provenait des premiers foyers de Gray Leaf Spot identifiés plusieurs années plutôt dans l’Est, la publication va dans le sens de souches endémiques devenues pathogènes du fait de conditions météorologiques et pratiques culturales particulières en Californie. Les chercheurs s’appuient principalement sur la diversité génétique plus élevée des souches isolées sur raygrass anglais en Californie par rapport aux souches isolées dans l’Est américain. Dans le cas d’une épidémie propagée depuis l’Est américain, un appauvrissement génétique aurait dû être constaté, or ce n’est pas le cas ici. De plus, l’étude met en avant le contraste de diversité génétique entre Kikuyu (élevé) et raygrass anglais (faible). Enfin, les chercheurs réalisent la première observation de souches disposant des deux types sexuels (MAT1-1 et MAT1-2) isolées sur Kikuyu avec une forte diversité génétique. Cette propriété était jusque-là connue pour M. oryzae isolé sur riz et implique donc un potentiel de reproduction sexuée pour le champignon pathogène sur Kikuyu.

Ce qu’il faut retenir

  • L’origine exacte du Gray Leaf Spot est encore mal identifiée.
  • Son mode de propagation s’effectue probablement et majoritairement par voie aérienne même si les semences ou d’autres espèces considérées comme « mauvaises herbes » peuvent représenter une source d’inoculum.
  • La reproduction est strictement clonale ce qui implique une faible diversité génétique et donc potentiellement la propagation de souches identiques sur l’ensemble des territoires touchés.

Historique

Historique aux USA

P. grisea était déjà connu des américains sur Saint Augustine Grass (Stenotaphrum Secundatum) depuis la fin des années 50 avec différents rapports concernant ce champignon sur l’espèce de gazon29,30. A cette époque, le problème se restreignait aux pelouses ornementales trop irriguées et fertilisées composées de Saint Augustine Grass (voir figure 5)31. La maladie était plutôt commune et les dégâts visibles n’étaient pas comparables à ceux observés plus tard sur raygrass anglais32. Par conséquent, la maladie était alors appelée « Gray Leaf Spot» et non « Blast» car elle n’était pas aussi rapide et généralisée que dans le cas du riz ou du blé33.

Gray Leaf Spot sur Saint Augustine Grass
Figure 5 : Gray Leaf Spot sur Saint Augustine Grass. Licence : Figure 2 par LSU AG Center tous droits réservés

Les premières grosses épidémies ont d’abord été détectées sur raygrass italien fourrager (Lolium multiflorum) aux Sud des USA en Louisiane et dans le Mississipi au début des années 7011,34. Ces épidémies sont localisées et se succèdent annuellement35.

Les signalements du champignon pathogène aux USA sur gazon datent de 1991 avec le raygrass anglais36. La maladie était d’abord confinée dans le Sud-Est de la Pennsylvanie (Nord-Est des USA) avec une détection sur raygrass anglais des fairways de golfs32,36. En 1998, elle a ensuite été signalée pour la première fois dans l’Ouest de l’état avec des attaques sévères atteignant des pertes de plus de 90% du raygrass anglais des fairways de certains golfs de la région32(voir figure 6). Durant la même période, d’autres états américains signalent des attaques plus ou moins sévères du champignon pathogène principalement dans le Nord-Est du pays37–40 et plus tard à l’Ouest (à partir des années 2000) avec l’exemple de la Californie et du Nevada41,42 sur fairways de golfs et terrains de sports. Les principales années avec des dégâts réellement importants dans les régions citées sont 1995, 1998 et 200033. Sur fétuque élevée, la maladie a été signalée pour la première fois au Sud-Est des USA en 199643. Enfin, sur Kikuyu, les premiers cas identifiés sur des golfs datent de 2003 en Californie44. La plupart des années à problème, les épidémies sont signalées dans les mêmes foyers que les années précédentes avec une incidence dépendant de la rigueur des hivers précédents31,45.

Exemple de l’apparition de la maladie dans l’Ouest américain

En 1996, le « Rice Blast », sérieuse maladie du riz causée par Pyricularia Grisea apparu pour la première fois dans la vallée de Sacramento en Californie46. Cinq ans plus tard en 2001, Gray Leaf Spot fut détecté sur raygrass anglais sur golf et terrain de sports de la même région31. Pourtant, les scientifiques pathologistes indiquent à l’époque que les souches isolées sur le riz ne sont pas pathogènes des espèces de gazon. En 2002, le champignon ne fait aucun dégât. En 2003, de brefs mais intenses orages en Juillet couplés à des températures de plus de 32°C sont à l’origine de nombreux foyers de Gray Leaf Spot en Californie sur raygrass anglais des fairways et roughs de golf mais également et pour la première fois sur Kikuyu44. Les attaques semblent toutefois localisées sur certaines régions de l’état. En 2004, seulement 11 foyers sont détectés mais les localisations s’étendent progressivement à l’ensemble de l’état31. En 2005, 17 foyers sont détectés sur Raygrass anglais et Kikuyu. Les pluies plus abondantes de l’hiver 2004 expliquent sûrement la meilleure survie du champignon et les attaques plus importantes de l’été 2005. En Août 2005, un cas de Gray Leaf Spot est signalé sur un fairway de Golf de Las Vegas composé à 100% de raygrass anglais après 2 semaines de températures supérieures à 32°C et deux jours de pluies intenses. Malgré les conditions arides de la région, les températures élevées, les deux jours de pluies intenses et l’irrigation abondante nécessaire à maintenir une humidité au sol suffisante pour le raygrass expliquent sûrement l’apparition de la maladie.

Gray Leaf Spot se développant sur Fairway de golf en Septembre
Figure 6 : Gray Leaf Spot se développant sur Fairway de golf en Septembre, 8 jours après les premiers symptômes aux USA. Seuls quelques foyers de pâturin annuel et pâturin des prés subsistent. (Source : Ia Turf, 2011). Licence :Gray leaf spot did show up in central iowa”  par ia Turf tous droits réservés

Depuis l’apparition de la maladie en Pennsylvanie en 199236, les foyers se sont propagés de l’Est américain jusqu’à l’Ouest américain. P. Grisea est capable de se propager sur de longues distances par le vent ou par la dispersion des spores par l’eau de pluie ou d’irrigation. Le champignon peut survivre dans les débris végétaux, le feutre ou vieux plants de gazon aussi bien que dans les graines. Cependant, celles-ci ne semblent pas avoir joué de rôle important dans la propagation de la maladie aux USA puisqu’aucune trace de Pyricularia n’a été détectée sur les graines de gazon produites dans les régions de production (principalement Oregon)31. Les souches de l’Est américain ont pu provenir des foyers Ouest américains en se propageant par le vent ou débris végétaux où peuvent également provenir des souches locales présentes sur Saint Augustine Grass ou d’autres graminées hôtes.

Depuis sa découverte en 1991, la maladie a généré des coûts supplémentaires sur les fairways des golfs touchés d’environ 20 à 25 000$ par an et le manque à gagner de certains golfs a été estimé jusqu’à 500 000$33.

Historique en France

Les premiers cas identifiés de pyriculariose en France datent de 2016 sur les pelouses de ligue 13,47 avec des pelouses touchées durant le mois d’Août. Selon le réseau d’épidémio-surveillance : « cette maladie s’est manifestée avec des températures supérieures à 28°C et l’irrigation fréquente en été et la sur-irrigation consécutive à la reprise de la compétition ». Des explications sur la maladie dans les bulletins d’alerte évoque la difficulté du diagnostic : « dans un premier temps les laboratoires ont identifié les agents causaux Xanthomonas transluscens ou du Pythium (présents à l’analyse le Xanthomonas transluscens est plutôt une maladie de faiblesse) le véritable agent causal est bien Pyricularia grisae ». En 2017 sont également signalés plusieurs cas de la maladie mais dans une moindre mesure. C’est en 2018 que l’épidémie est la plus violente avec la plupart des stades touchés par la maladie et une médiatisation assez forte1–3,5.

Stade de Lorient au 11 août 2018
Figure 7 : Stade de Lorient au 11 août 2018 après un mois de Juillet caniculaire et une bâche posée sur le gazon pendant 12 jours lors du festival interceltique. Le champignon s’était développé avant la pose de la bâche, rendant tout traitement impossible. (Source : fclweb). Licence :La pelouse du Moustoire fortement touchée” par fclweb tous droits réservés

Certains gestionnaires expliquent la propagation du champignon par les crampons des joueurs suite à l’Euro 2016 et d’autre par les semences en provenance de pays déjà touchés par la maladie3. Tout comme aux USA à la fin des années 1990, les attaques sont rapides et intenses en 2018 (voir figure 7) rendant les pelouses parfois totalement impraticables avec des reports de matchs. La communication autour de la problématique n’est pas claire et les critiques plutôt violentes. Il semble tout de même probable que le champignon mal connu en Europe sur le gazon explique une anticipation de l’épidémie pas vraiment à la hauteur. Comme cela a été fait auparavant sur le pathogène du riz, une étude génétique des populations de P. Grisea isolées sur gazon à travers l’Europe permettrait de mieux connaître l’origine et la propagation de la maladie. Ces études nécessitent malheureusement des moyens financiers difficilement disponibles à l’heure actuelle sur le marché du gazon français.

Symptômes

Gray Leaf Spot provoque des dégâts plus importants sur jeunes pousses de raygrass anglais que sur gazon mature. Il se développe sur les feuilles en commençant par de petites lésions donnant un aspect « mouillé » qui se transforment ensuite en petites tâches foncées de 1 à 3mm de diamètre. Ces tâches s’étendent rapidement à l’ensemble du feuillage et deviennent gris, gris-marron ou marron clairs, plutôt circulaires avec des bords marron foncé entourées d’un halo jaune (voir figure 8)32. Les lésions nécrotiques se rejoignent ensuite et prennent des formes irrégulières, causant des nécroses partielles ou complète des feuilles. Les feuilles nécrosées peuvent également devenir flasques ou torsadées. Lorsque la nécrose atteint l’ensemble des feuilles, elle aboutit à la mort de la plante32. Il n’y a pas d’infection évidente du plateau de tallage. Les feuilles touchées peuvent parfois prendre un aspect gris-blanc hâlé et une texture sableuse lorsque les conidies sont produites abondamment. Le mycélium aérien n’est pas visible facilement sur les feuilles en conditions humides.

symptômes du Gray Leaf Spot sur raygrass anglais.
Figure 8 : symptômes du Gray Leaf Spot sur raygrass anglais. A:lésion nécrotique caractéristique. B: Feuilles torsadées caractéristiques. (Source : Uddin et al., 2003Licence : Figure 3 par American Phytopathological Society (APS) sous licence open access

Les gazons touchés ont l’air décolorés, flétris ou séchés. Cet aspect est suivi par le développement de zones creuses ou de patchs irréguliers de grande taille. Lors d’invasions sévères, l’intégralité de la pelouse peut être détruite en seulement quelques jours33, ne laissant plus que d’irrégulières tâches de pâturin annuel ou d’autres mauvaises herbes sur les fairways ou les stades. Les zones touchées peuvent se répartir sur les creux, dépressions ou le long des drains où une forte humidité et une humectation prolongée des brins a lieu.

Le diagnostic du Gray Leaf Spot est en général confirmé par la présence de conidies (spores asexuées, voir figures 9 et 10) caractéristiques dans les tissus foliaires : transparentes, pyriformes et septées (1 à 3 cloisons). Ces conidies sont regroupées par 3 à 5 à l’extrémité des conidiophores48. La difficulté majeure dans l’étude microscopique des symptômes de P. Grisea réside dans l’absence des spores dans certains cas dans les tissus infectés. Les échantillons de feuilles suspects requièrent une incubation dans une chambre humide jusqu’à 48 heures afin d’induire la sporulation du pathogène.

spores caractéristiques de Gray Leaf Spot observés au microscope
Figure 9 : spores caractéristiques de Gray Leaf Spot observés au microscope. (Source : P. Bachi). Licence : photographie par Paul Bachi sous licence CC BY-NC 3.0 US

Pourtant, une méthode immunologique rapide utilisant un anticorps monoclonal permettant de détecter P. Grisea a été développée49 en 2003. Cette méthode de détection possède un intérêt pratique et pourrait être utilisée comme kit diagnostic pour des échantillons de gazons suspects. Dans cette méthode, l’anticorps monoclonal ne réagit pas avec les antigènes de Rhizoctonia solani, Bipolaris sorokiniana et Pythium aphanidermatum. En effet, ces 3 champignons pathogènes sont souvent présents lors des périodes propices au Gray Leaf Spot et les symptômes causés sont souvent similaires33. Ainsi, la méthode est efficace pour détecter P. Grisea lorsque les symptômes foliaires se développent mais pas lors de la période d’incubation.

Une autre méthode de détection basée sur les réactions en chaîne par polymérase (PCR) a également été développée et permet un diagnostic fiable de P. Grisea en 4 à 8 heures50. Des laboratoires équipés pour les méthodes PCR existent en France et peuvent réaliser ce genre de diagnostic, le coût reste cependant élevé.

Culture de Magnaporthe Grisea isolée sur milieu gélosé PDA au microscope
Figure 10 : Culture de Magnaporthe Grisea isolée sur milieu gélosé PDA vue au microscope. A : structure mycélienne et quelques spores. B : amas de spores caractéristiques de l’espèce. Source : R. GIRAUD. Licence : Clinique du gazon, tous droits réservés
Souche de Magnaporthe Grisea sur milieu PDA en boîte de Pétri. Source : R. GIRAUD
Figure 11 : Souche de Magnaporthe Grisea sur milieu PDA en boîte de Pétri. Source : R. GIRAUD. Licence : Clinique du gazontous droits réservés

Enfin, une méthode de détection basée sur un capteur électro-chimique permettrait une détection rapide, fiable et à coût limité de P. Grisea sur riz avant les premiers symptômes visibles51. A priori, elle pourrait également être transposable au gazon mais à ma connaissance, elle n’a pas encore été développée ni commercialisée.

Cycle et conditions favorisant le développement du pathogène

P. oryzae survit à l’hiver par le biais de mycélium dormant et conidies (spores asexuées) stockés dans les débris de plantes mortes ou potentiellement sur des semences33. Une étude réalisée par P. Harmon et R. Latin a montré que la survie de P. Grisea était largement réduite lors de la période hivernale mais il leur était cependant facile d’induire la sporulation de débris de plantes mortes le printemps suivant52. Les conidies produites sur les débris servent en effet de source d’inoculum au printemps suivant. Les régions où les hivers sont froids sont donc peu propice à la survie et au développement du champignon pathogène alors que les régions plus tempérées aux hivers doux sont plus à risque en ce qui concerne la survie et donc la répétition annuel des épidémies de Gray Leaf Spot. Il est également utile de préciser que P. Grisea est peu saprophyte d’où une faible production de conidies au printemps lorsque la compétition avec les autres microorganismes est élevée52. Il est également fortement probable que l’origine de certains foyers d’infection soit une dispersion par voie aérienne des conidies ayant passé l’hiver dans des régions plus douces. Le champignon est polycyclique (plusieurs cycles sont possibles dans la même saison) et fortement dépendant des conditions environnementales pour démarrer l’infection53.

Cycle de vie de Gray Leaf Spot
Figure 12 : Cycle de vie de Gray Leaf Spot. (Source traduite en français : Uddin et al., 2003Licence : Figure 8 par American Phytopathological Society (APS) sous licence open access. Traduit en français par R. Giraud

Basé sur des observations de terrain, les chercheurs émettent l’hypothèse que P. Grisea commence à se développer sans symptômes visibles en début d’été ou en fin de printemps. Les conidies produites sur les feuilles infectées durant cette période déclenchent une série d’infections secondaires qui contribuent à la création d’inoculum pour l’été où les épidémies démarrent33.

Gray Leaf Spot est d’abord souvent observé sur les roughs dont les hauteurs de tonte sont plus élevées. Ces zones sont souvent partiellement à l’ombre avec une humidité ambiante et des rosées prolongées favorisant les infections. La maladie peut d’ailleurs souvent être détectée sur les roughs plusieurs jours avant les dommages majeurs visibles sur les fairways33. La maladie est également couramment observée sur les pentes orientées aux Sud sans ombre, pouvant sécher dans la journée73.

La dispersion de l’inoculum (conidies) se fait par le vent, la pluie, l’eau d’irrigation, les machines de maintenance mais également par les chaussures des joueurs ou de l’équipe de maintenance. Bien que la propagation par les semences soit clairement établie sur la culture du riz7,28, aucune étude n’a pu établir le lien entre semence et dispersion du Gray Leaf Spot pour le gazon33.

Gray Leaf Spot se développe en général entre début juillet et mi-octobre suivant les régions. Son développement est favorisé par des conditions chaudes et humides rencontrées à cette période de l’année. Les conditions environnementales et la quantité d’inoculum disponible pendant cette période de fin d’été sont les deux facteurs déterminants dans le développement des épidémies33. Plusieurs études ont tenté d’établir le lien entre les conditions météorologiques et le développement du pathogène. En ce sens, la durée d’humidité foliaire et la température ont été identifiées comme les paramètres environnementaux influençant le plus le développement du Gray Leaf Spot54. La première publication date de 1987 et étudie le raygrass italien fourrager55 tandis que les autres datent des épidémies sur gazon avec le raygrass anglais36,56 et fétuque élevée57. Ces études montrent toutes que l’optimal de température pour le développement du pathogène se situe entre 26 et 29°C. W. Uddin54 découvre notamment que l’effet de la température sur l’incidence et l’intensité du Gray Leaf Spot est cubique, indiquant qu’incidence et intensité augmentent avec la température pour un maximum de 28°C. L’humidité du feuillage est également important dans le développement de la maladie54,57. W. Uddin démontre que l’intensité des attaques augmentent avec la durée d’humidité du feuillage pour toutes les températures54. Une durée inférieure d’humidité du feuillage est notamment requise pour le développement de la maladie pour des températures élevées. A 28°C, température optimale pour le développement du pathogène, une durée minimale de 4 heures d’humidité au niveau du feuillage est requise pour déclencher une attaque54. L’équipe de chercheurs propose également un modèle de régression polynomial pouvant servir à anticiper le développement de la maladie suivant la température et l’humidité au niveau du feuillage.

Influence de la température et de la durée d'humectation du feuillage sur l'incidence de la maladie
Figure 13 : Influence de la température et de la durée d’humectation du feuillage sur l’incidence de la maladie (A) et l’intensité de la maladie (B). (Source traduite en français : Uddin et al., 2003). Licence : Figure 10 par American Phytopathological Society (APS) sous licence open access

Enfin, en plus de la durée d’humectation du feuillage, l’humidité relative est un autre paramètre climatique influençant le développement du Gray Leaf Spot. Ce paramètre mesurable et prévisible, a été largement étudié et utilisé dans différents modèles pour prédire le développement de champignons pathogènes dans bien des systèmes de cultures58,59. La durée d’humidité foliaire peut d’ailleurs être estimée par le biais de la durée d’humidité relative élevée (période lors de laquelle l’humidité relative est  supérieure à 90%)60. Bien que l’expansion des lésions nécrotiques soit rapide dans des périodes humides du feuillage, les conidies (spores asexuées) ne sont pas produites si une humidité excessive est présente sur les tissus foliaires33. C’est le cas des fortes rosées par exemple. Le retrait de l’humidité foliaire ou de la rosée est donc nécessaire lors des conditions de forte humidité pour que la production de conidies démarre.

Une étude menée sur P. Grisea avec le riz a montré que la production de conidies était faible pour une humidité relative de 90% et plus favorable à 93% pour des températures comprises entre 16 et 34°C58.

Une autre étude récente étudie l’impact de l’humidité relative sur l’infection, la colonisation et la production de spores de P. Grisea sur raygrass anglais56. Les résultats montrent qu’une humidité relative supérieure à 92% est nécessaire pour l’infection à 28°C. Aucune formation d’appressorium (système utilisé par les champignons pour pénétrer dans une cellule hôte) n’est détectée pour des humidités inférieures à 88%, seule la formation de très petits tubes germinatifs est observable. La biomasse fongique est maximale pour une humidité relative de 100% alors qu’aucune biomasse n’est mesurée pour une humidité inférieure à 88%. La production de spores est observée lorsque l’humidité relative est supérieure à 96% avec la production la plus élevée 8 jours après l’inoculation. L’étude indique donc que l’infection et la production de spores de P. Grisea sur raygrass anglais requiert différents seuils d’humidité relative : 92% et 96% respectivement pour l’infection et la production de conidies.

En conclusion, le développement de Gray Leaf Spot est sous forte influence des conditions climatique. Pour des attaques sévères de Gray Leaf Spot, les conditions suivantes doivent être réunies :

  • Des températures comprises entre 20 et 35°C avec un optimum à 28°C54
  • Une humidité relative de 92% pour permettre l’infection56
  • Une humidité relative supérieure à 96% pour permettre production de spores56
  • Une humidité foliaire d’une durée supérieure à 4h pour une température de 28°C et d’environ 10h à 24°C54.

Ainsi, des journées et nuits chaudes avec une succession de fortes humidités foliaires puis de séchages (arrosages conséquents ou épisodes orageux), combiné à des humidités relatives élevées sont les principaux facteurs contribuant au développement d’épidémies de Gray Leaf Spot33.

Il est donc facile de comprendre pourquoi les épidémies du pathogène ont eu lieu dans de nombreux stades français les derniers étés. Le gazon est en général rafraîchi par des arrosages conséquents suite aux fortes températures de la journée. Si ces arrosages sont effectués en fin de journée ou dans la nuit, les conditions idéales pour le développement du champignon pathogène sont réunies. Les tribunes ajoutant de l’ombre sur certaines zones du terrain empêchent de plus au gazon de sécher correctement en journée et constituent sans doute un inoculum redoutable pour le reste du terrain.

Ce qu’il faut retenir

  • Grisea passe l’hiver sous forme de mycélium dormant ou spores dans les débris végétaux.
  • Les hivers rigoureux ne permettent pas une bonne conservation du pathogène qui ne donne en général pas lieu à de fortes épidémies.
  • Le risque est plus élevé dans les régions où les hivers sont doux.
  • Le développement du pathogène est fortement dépendant des paramètres climatiques : températures et humidité relative. Il nécessite des valeurs particulières de ces deux paramètres pour infecter le raygrass anglais et déclencher la production de spores. C’est pourquoi les épidémies sont en général très localisées.

Stratégies de lutte contre le pathogène

Différents leviers disponibles pour l’intendant existent pour contrôler Gray Leaf Spot. Les mesures les plus durables sont préventives même si des moyens de contrôle chimiques existent et donnent les meilleurs résultats en cas d’attaques sévères. Il est cependant peu probable que les fongicides existants puissent être efficaces au long terme sur des souches qui s’adaptent relativement vite. Ces outils de contrôle chimiques doivent être utilisés avec intelligence dans un programme de rotation et dans un cadre général de réflexion autour des stratégies de lutte. De plus, l’utilisation de fongicide ne résoudra pas le problème au long terme puisque l’inoculum (mycélium dormant, spores) est toujours présent et n’attend que les conditions environnementales propices pour se développer à nouveau.

Les mesures préventives quant à elles s’articulent autour du choix des espèces et des cultivars, des produits de biocontrôle, des opérations mécaniques et autres outils physiques mais également autour de la fertilisation.

A l’heure actuelle, la méthode préventive qui donne les meilleurs résultats réside dans le choix de d’espèces ou cultivars résistants. Il est important d’insister sur ce point car étant donné la rapidité de développement du champignon pathogène, les autres méthodes préventives ne donnent pas de résultats satisfaisants et suffisants pour obtenir un gazon sain de manière durable. Quasiment 30 ans d’expérience avec ce champignon aux USA a abouti à cette conclusion.

Mesures physiques préventives

Suite aux nombreux cas de Gray Leaf Spot sur les stades français durant l’été 2018, différentes solutions sont évoquées concernant la prévention de l’apparition de Gray Leaf Spot (ou « pyriculariose ») dans un court article publié sur le site « Gazon Sport Pro H24 »61. A travers cet article, c’est la société Hydraparts qui propose des solutions bien entendues non exhaustives dites « mécaniques ». Elles constituent une première série de stratégies pouvant être mises en œuvre principalement dans les stades.

Réduction de l’humidité foliaire

La première méthode consiste à limiter la durée d’humidité foliaire, paramètre important dans le développement de la maladie évoqué plus haut. Ce principe n’est pas spécifique de M. oryzae mais valable sur la plupart des champignons pathogènes. Les ventilateurs désormais disponibles et déjà utilisés dans différents stades à l’heure actuelle permettent de sécher le brin et donc de limiter les périodes d’humidité prolongées. La société SGL commercialise un ventilateur déjà utilisé avec succès au Parc des Princes : le modèle TC50 (http://sglconcept.com/en/products/grass-care/tc50-tf50.html).

ventilateur TC50 de la société SGL
Figure 14 : ventilateur TC50 de la société SGL. (Source : page du produit sur le site de SGL). Licence :TC50/TF50” par SGL concept tous droits réservés

Le stade de France quant à lui utilise un ventilateur de la société Bernhard avec le modèle Turfbreeze (https://www.bernhard.co.uk/products/subair-turfbreeze/).

Enfin, plusieurs autres stades comme Bordeaux, Toulouse, Rennes ou Montpellier utilisent des ventilateurs de la société Aveltec avec le modèle Mistral 40 (http://www.aveltec.fr/turbine-mistral-40-pour-stade/).

Aucune étude scientifique publiée à l’heure actuelle n’est disponible concernant l’efficacité de ces machines mais le principe simple et des années d’utilisation dans certains pays dans les golfs ou stades a permis au procédé de largement faire ses preuves. Bien évidemment, l’utilisation de ce type de matériel est envisageable sur des surfaces réduites comme les stades ou les greens mais n’est pas adaptée aux fairways de golfs.

Luminothérapie

Une seconde méthode envisageable plus avant gardiste et encore expérimentale est l’utilisation de certaines longueurs d’onde de rayons ultraviolets (UV-C) qui seraient toxiques pour les spores et le mycélium des champignons pathogènes en général. La technique est prometteuse mais encore à l’état expérimental. Bien que des publications existent en production fruitière ou en maraîchage62–68, aucune étude n’a jamais encore été réalisée sur les pathogènes du gazon. Un des challenges techniques pour les pathogènes du gazon réside dans le temps d’exposition aux UVs puisque la toxicité pour les champignons pathogènes dépend de l’intensité lumineuse et de la durée d’exposition. Or, les machines disponibles ont une largeur limitée et une vitesse d’avancement qui ne permettent que des temps d’exposition limités.

Le modèle UVC180 de la société SGL (http://sglconcept.com/en/products/grass-care/uvc180.html) permet en ce sens d’émettre des rayons ultra-violets sur des surfaces engazonnées.

Opérations mécaniques

Sans entrer trop dans les détails, il est encore utile de rappeler que les opérations mécaniques permettent en amont :

  • D’aérer les substrats et d’apporter suffisamment d’oxygène pour diminuer le risque d’apparition des pathogènes (toutes les opérations mécaniques).
  • D’augmenter la perméabilité du milieu par le biais de fentes ou puits de carottages et donc de diminuer l’humidité dans le substrat et au niveau foliaire (couteaux, pointes, louchets creux).
  • D’extirper du feutre (défeutrages profonds, verticuts, aérations à louchets creux) et donc du mycélium dormant et des spores qui constituent l’inoculum des prochaines épidémies.

Bien entendu, ces opérations ne sauvent pas un stade ou des fairways d’une épidémie conséquente de Gray Leaf Spot mais elles permettent potentiellement de limiter l’intensité des attaques. L’expression « mieux que rien » est absolument vraie en ce qui concerne les opérations mécaniques. Il est enfin important de préciser que ces opérations mécaniques ne doivent en aucun cas être effectuées lors des périodes propices au développement du pathogène. En effet, les opérations mécaniques sont d’excellents vecteurs de la maladie qui peut alors se propager.

Hauteur de tonte et déchets de tonte

Les résultats d’expérimentations autour de la hauteur de tonte en ce qui concerne le développement du Gray Leaf Spot sont contradictoires. Il est clair que l’incidence du champignon pathogène est élevée sur des gazons avec des hauteurs de tontes plus élevées (stades, fairways, roughs) mais une hauteur de tonte plus élevée implique une rétention d’humidité foliaire également plus élevée. Une première étude menée dans le Nord Est des USA a montré que l’intensité des attaques était plus élevée pour des hauteurs de tonte de 8,9 cm par rapport à 1.27 cm69. Dans le Kentucky, une autre étude ne trouve aucune différence dans l’intensité des attaques pour du raygrass anglais tondu à 1,9 cm ou 6,4 cm70. Différents paramètres culturaux et climatiques peuvent cependant expliquer les différences entre les deux études. Toutefois, il est conseillé aux intendants de ne pas relever la hauteur de tonte lors des périodes propices au développement du champignon pathogène dans le des USA33, malgré une photosynthèse plus importante.

Concernant les déchets de tonte, il a été montré que lors d’attaques de faible intensité de Gray Leaf Spot, l’extraction des déchets de tonte diminue l’incidence de la maladie. Lors d’attaques plus sévères, l’extraction n’a par contre aucun effet sur l’incidence de la maladie69,71.

Fertilisation

Intensité de Gray Leaf Spot en fonction de la source d'azote.
Figure 15 : Intensité de Gray Leaf Spot en fonction de la source d’azote. (Source : Présentation de B. Clarke, 2000). Licence :Managing Gray Leaf Spot on Perennial Ryegrass” par Bruce B. Clarke (Université de Rutgers) tous droits réservés

Des fertilisation azotées trop élevées augmentent l’intensité des attaques de Gray Leaf Spot69,70,72. Une de ces publications démontre notamment que la source d’azote utilisée influence le développement du champignon pathogène sur raygrass anglais et fétuque élevée72. L’intensité des attaques est moindre lorsque des engrais à libération lente étaient utilisés (IBDU et engrais à base de boue d’épuration Milorganite) par rapport aux sources d’azote à libération rapide comme les nitrates ou l’urée. Il est probable que d’autres formes d’azote à libération lente soient également efficaces, elles sont nombreuses : urée formaldéhyde, méthylène urée ou engrais enrobés.

Un des spécialistes de la maladie, B. Clarke, recommande de ne pas appliquer d’azote lors de la période estivale. Toutefois, si des applications doivent être réalisées, de l’azote à libération lente devrait être préféré avec des quantités d’azote comprises entre 5 et 12 kg/ha73. En ce sens, des apports d’engrais foliaires à base de méthylène urée sont une excellente idée. Pour finir, il convient d’éviter les engrais acidifiants, du fait d’une intensité plus importante de la maladie pour des pHs inférieurs à 6,573. Le sulfate d’ammonium et les engrais à forte teneur en soufre (teneur visible sous la forme de SO3 sur les étiquettes) par exemple sont à éviter si possible.

Bénéfices de la silice sur le développement du Gray Leaf Spot

La silice est connue depuis de nombreuses années pour réduire l’incidence et l’intensité des maladies du sol et foliaires74. Les effets favorables de la silice pour contrôler les maladies fongiques des monocotylédones, principalement le riz et d’autres graminées sont documentés depuis les années 6075. Pour le riz, la silice s’accumule au niveau de la cuticule pour former une double couche. Cette couche est connue pour prévenir physiquement la pénétration des champignons pathogènes mais également pour rendre moins vulnérable la cuticule aux dégradations enzymatiques des champignons pathogènes76. La silice ne crée pas seulement une barrière mécanique contre les pathogènes mais induirait également une résistance chez la plante hôte77,78. Le tableau 1 répertorie les études menées sur gazon en ce qui concerne les bénéfices de la silice contre Gray Leaf Spot.

Espèce Type de silice Conditions essais Dosage Teneur en silice dans les tissus foliaires Effet de la silice Référence
Saint Augustine Grass Scories de silicate de calcium (solide)
Wollastonite (solide)
microparcelles 1T/ha 1,2 à 1,3% avec apport
0,6 à 0,7% sans apport
Réduction de la progression de la maladie de 7 à 41% suivant le site avec un cas significatif (Brech et al., 2004)
Raygrass anglais Scories de silicate de calcium (solide)
Wollastonite (solide)
Sous serre
et sur microparcelles
0 à 10T/ha
0 à 12T/ha
0,5% à 2,5% suivant le type de silice et la quantité Réduction de la maladie jusqu’à 71% par rapport au témoin (Nanayakkara et al., 2008)
Raygrass anglais Silicate de calcium (solide) Sous serre 1 à 10T/ha ? Réduction significative de la maladie à 1 et 5T/ha. Optimal à 5T/ha.
Amélioration des réactions de défense de la plante aux attaques de GLS
(Rahman et al., 2015)
Raygrass anglais
Raygrass italien
Silicate de potassium (liquide) – Ksil® Sous serre 50 à 300 ppm
1 à 2 fois par semaine
? 17 à 23% de réduction de la maladie par rapport au témoin sur raygrass anglais
27 à 29% de réduction de la maladie par rapport au témoin sur raygrass italien
(Dammie, 2017)
Raygrass anglais
Raygrass italien
Silicate de potassium (liquide) – Ksil® microparcelles 200 et 300ppm
1 fois par semaine
? Résultats non significatifs sur microparcelles (Dammie, 2017)

Tableau 1 : Liste des études menées sur gazon en ce qui concerne les bénéfices de la silice contre Gray Leaf Spot.

La plupart des études utilisent des scories de silicate de calcium qui augmentent significativement la teneur en silice des tissus foliaires74,78,79. Dans ces essais conduits sous serre ou sur microparcelles, l’application de 1 à 10T/ha de silicate de calcium permet de réduire significativement le développement de Gray Leaf Spot par rapport au témoin. L’efficacité est tout de même plus faible que celle observée avec l’azoxystrobine, fongicide réputé pour être très efficace sur le champignon pathogène. Plus récemment80, N. Dammie a étudié pour son stage de fin d’études de Master l’effet du silicate de potassium liquide dans la lutte contre Gray Leaf Spot. Appliqué au niveau racinaire, le silicate de potassium réduit significativement le développement du pathogène sous serre mais pas en conditions réelles sur microparcelles. D’autres études seraient nécessaires pour mieux connaître l’efficacité de la silice par voie liquide et notamment par voie foliaire car la plupart des spécialités commerciales disponibles sur le marché à l’heure actuelle se retrouvent sous cette forme. Le tableau 2 liste quelques-uns de ces produits.

Spécialité commerciale Source de silice Concentration Silice Producteur Distributeur
Vitanica Si Silicate de sodium 10% SIO2 Compo Expert Compo Expert
Team Speed Silicate de potassium 7% SIO2 Growth Products Teamgreen
Turgor Silicate de potassium 6% SIO2 Floratine Lobgreen
Melgreen Si ? ? Melspring Melspring
Nutrivert EL Si Silicate de potassium 10% SIO2 Soufflet Vigne Soufflet Vigne

Tableau 2: Liste des spécialités commerciales liquides à base de silice sur le marché français

Irrigation

Comme évoqué précédemment, puisque le développement de la maladie est fortement dépendant de la température et de l’humidité (durée d’humectation du feuillage) il apparait clair que la meilleure solution consiste à arroser abondamment avec une faible fréquence. Lors de la période estivale, les arrosages devraient être effectués en fin de nuit afin de réduire au maximum la durée d’humectation des feuilles.

Lorsque la température est trop élevée, des syringes sont couramment effectués en journée afin de rafraîchir les plantes. Il est entendu par « syringe » 1 à 2 tours d’arroseurs. Concernant Gray Leaf Spot, l’alternance de phases sèches et humides favoriserait son apparition. Les syringes pourraient donc être un facteur aggravant. Des travaux sur ce sujet permettraient d’éclairer les intendants sur la question.

A l’heure actuelle, seule une publication étudie l’incidence des pratiques d’arrosage sur Gray Leaf Spot108. Dans cette expérimentation menée sur deux saisons, les auteurs étudient l’impact de deux types d’arrosages :

  1. Arrosages peu fréquents mais avec une lame d’eau élevée effectués tôt le matin. La pelouse est arrosée dès les premiers signes de sécheresse ou lorsque l’humidité descend en dessous de 17% (capacité au champ).
  2. Arrosages fréquents (journaliers) avec des quantités d’eau inférieures par arrosage (en moyenne 5 mm d’eau).

La première saison (2002), entre 25 et 38 mm d’eau sont arrosés par semaine dans les deux cas. La seconde saison (2004), 21 mm sont appliqués dans le cas d’arrosages intenses mais peu fréquents et 64 mm dans le cas d’arrosages journaliers. En 2002, le type d’arrosage n’a pas d’impact sur l’incidence ou l’intensité de Gray Leaf Spot. En 2004, l’intensité du pathogène est plus élevée dans le cas d’arrosages journaliers. Les auteurs concluent qu’en cas de forte pression et sans utilisation de fongicide, l’humidité du sol ne semble pas avoir d’impact sur l’intensité de la maladie108. Dans le cas d’utilisation de fongicide (chlorothalonil dans l’étude), les arrosages moins fréquents permettent une meilleure efficacité du produit108. Si la pression plus faible, des arrosages moins fréquents sembleraient moins propices au développement du pathogène, ce qui rejoint la remarque intuitive évoquée plus haut.

Dans tous les cas, l’utilisation de sondes d’humidité est fortement conseillée en période estivale pour vérifier la bonne humidité du sol et éviter les “coups de chaud” ou les humidités trop élevées propices au développement de différents pathogènes.

La mesure préventive la plus efficace : le choix de cultivars résistants

La résistance d’un cultivar à une souche pathogène peut être de deux type : totale ou partielle. En règle générale, un gène majeur implique une résistance souvent totale ou résistance qualitative (absence ou présence de développement du champignon pathogène) alors que différents gènes mineurs impliquent une résistance partielle ou résistance quantitative (le champignon se développe avec une faible incidence). La résistance partielle est en générale plus durable puisque différents gènes sont impliqués dans la résistance et il est alors plus difficile pour les souches pathogènes de s’adapter. Dans le cas d’une résistance totale, un gène majeur est souvent à l’origine de cette résistance et les mutations s’effectuant chez le champignon peuvent contourner ce gène pour trouver un nouveau moyen de se développer à nouveau81.

Chez le riz, différents gènes majeurs impliqués dans une résistance totale à P. Grisea ont été identifiés mais également de nombreux gènes mineurs octroyant une résistance partielle81. Jusqu’en 2004, plusieurs années après les premières grosses épidémies de Gray Leaf Spot, très peu de caractères de résistance ont été signalés dans la multitude de variétés de raygrass anglais existants70,82 (voir les variétés sensibles sur les figures 16 et 17). Seuls quelques matériels génétiques américains ou importés d’Europe de l’Est montraient certains degrés de résistance82,83. Les chercheurs ont donc d’abord tenté d’identifier les marqueurs moléculaires associés à la résistance au Gray Leaf Spot dans une population sélectionnée81,81,84,85. Une résistance partielle au pathogène a été identifiée86. Les plantes résistantes montrent par rapport à des sujets sensibles des plus petites lésions et un degré de reproduction plus faible du pathogène. L’intensité des attaques est variable suivant l’âge de la plante (plus virulent sur jeunes plantules), la fertilisation en azote, à l’intensité de la lumière mais également à la température et au type de sol84.

Sélection de cultivars résistants à la pyriculariose du gazon
Figure 16 : Evaluation de la résistance au Gray Leaf Spot pour des variétés de raygrass anglais et fétuque élevée à l’université de Rutgers aux USA. La sensibilité de certaines variétés est largement visible. (Source : R. GIRAUD, 2011)

Ainsi, depuis 2004, différents travaux de recherches et de sélection ont permis d’obtenir des variétés résistantes partiellement au Gray Leaf Spot. Les essais officiels américains (NTEP pour National Turfgrass Evaluation Program) évaluent chaque année depuis les essais de 1999 la résistance au champignon pathogène (Lien vers les notes NTEP pour 1999). Il est d’ailleurs possible de constater clairement l’amélioration génétique de ce critère puisque la plupart des cultivars obtenaient une note entre 5 et 6 alors que désormais, cette même moyenne se situe entre 7 et 8 (Lien vers les notes NTEP pour 2010). Une très nette amélioration est d’ailleurs visible depuis les essais de 2004, période à laquelle de nombreux efforts de sélection ont été réalisés (Lien vers les notes du NTEP pour 2004). De nombreux cultivars américains possèdent donc désormais une résistance partielle au pathogène. Ces cultivars ne garantissent pas l’absence total de symptômes comme évoqué précédemment mais une intensité et une incidence très faibles comparé à des cultivars sensibles.

Sur le marché français, plusieurs de ces cultivars sont disponibles auprès de différents fournisseurs. Le tableau 3 inclue une liste non exhaustive de différentes variétés résistantes au Gray Leaf Spot mais également quelques exemples de variétés récentes sensibles, disponibles sur le marché Français. Toutes les variétés listées ont été inscrites aux essais officiels américains et ont donc été notées sur leur résistance au Gray Leaf Spot sur différentes stations aux conditions climatiques contrastées aux USA pendant 4 ans. A noter cependant que lors du choix d’une variété, il est important de ne pas seulement se focaliser sur un critère mais sur un ensemble de critères qui correspondent aux conditions pédoclimatiques et contraintes du lieu et du type d’utilisation.

Variété Nom américain Distributeur Année d’inscription en Europe NTEP Note GLS NTEP Lien NTEP
Fiesta 4 Fiesta 4 Fito 2012 2005-2009 9 Lien NTEP
Rinovo Rinovo Fito 2012 2011-2014 8,3 Lien NTEP
1G squared 1G squared Teamgreen 2012 2005-2009 8,6 Lien NTEP
Galleon SR4600 Teamgreen/Souffle Vert/DLF 2012 2005-2009 8,9 Lien NTEP
Homerun Homerun Teamgreen 2014 2005-2009 7,8 Lien NTEP
Silverdollar Silverdollar ICL/Fito 2007 2005-2009 7,7 Lien NTEP
Apple SGL Apple SGL ICL? 2018 2011-2014 8,7 Lien NTEP
Equate Caddieshack II ICL 2008 2005-2009 5,9 Lien NTEP
Fastball RGL Fastball RGL ICL 2016 2011-2014 8 Lien NTEP
Grandslam GLD Grandslam GLD ICL 2016 2011-2014 8,3 Lien NTEP
All Starter Allstar 3 Teamgreen/? 2012 2005-2009 8,9 Lien NTEP
Dasher 3 Dasher 3 Topgreen/DLF? 2015 2005-2009 8,9 Lien NTEP
Banfield Banfield DLF 2016 2011-2014 8 Lien NTEP
Bandalore Bandalore DLF 2016 2011-2014 8 Lien NTEP
Totilas Soprano Freudeunberger 2012 2005-2009 8,9 Lien NTEP
Pizzazz 2 Pizzazz 2 Inscription par TMI/Distributeur? 2015 2011-2014 8,3 Lien NTEP
Aspire Aspire Souffle Vert/DLF 2016 2005-2009 8,7 Lien NTEP
Excite Revenge GLX Teamgreen/Jacklin Seed 2007 2005-2009 8,5 Lien NTEP
Harrier Harrier DLF 2012 2005-2009 8,4 Lien NTEP
Paragon GLR Paragon GLR Inscription par TMI/Distributeur? 2013 2005-2009 8,5 Lien NTEP
Panther GLS Panther GLS Inscription par Proseeds/Distributeur? 2009 2005-2009 8,1 Lien NTEP
Confidence Allante Teamgreen/? 2015 2011-2014 5,3 Lien NTEP
New Orleans Sienna Souffle Vert/? 2011 2011-2014 3,7 Lien NTEP

Tableau 3 : liste non exhaustive de différentes variétés résistantes au Gray Leaf Spot mais également quelques exemples de variétés récentes sensibles (les deux dernières qui sont d’ailleurs stolonifères mais sensibles au Gray Leaf Spot).

Variété résistance à la pyriculariose
Figure 17 : la variété centrale subit de lourds dégâts de Gray Leaf Spot avec une faible résistance à la maladie. Les variétés qui l’entourent sont quasiment indemnes. (Source : R. GIRAUD, 2011)

Suite aux nombreuses épidémies aux USA à la fin des années 90 et début des années 2000, de nombreux golfs ont choisis de changer totalement d’espèces en passant de fairways en 100% raygrass anglais à des fairways en pâturin des prés ou agrostides, beaucoup moins sensibles au Gray Leaf Spot33,87,88. Cette méthode est éventuellement envisageable dans les golfs sur fairways malgré un coût prohibitif des semences d’agrostides et pâturin des prés. La maintenance nécessaire est également bien plus complexe dans le cas de l’agrostide ainsi qu’un déplacement du problème de Gray Leaf Spot vers le problème du Dollar Spot. Sur les stades, la question ne se pose pas puisque la fétuque élevée et le raygrass anglais sont utilisés principalement sous nos latitudes éventuellement en mélange avec du pâturin des prés.

Outre les variétés de raygrass anglais partiellement résistantes, le mélange classique avec 50% de pâturin des prés peu sensible est une solution envisageable. La fétuque élevée, un peu moins sensible au Gray Leaf Spot peut être également une solution potentielle dans les zones Sud de la France, en mélange avec des variétés résistantes de raygrass anglais.

Dans tous les cas, les regarnissages réguliers doivent être effectués avec des variétés de raygrass anglais résistantes. Ces regarnissages doivent impérativement être réalisés en dehors des périodes de développement du champignon, les jeunes plantules étant bien plus sensibles. Si toutefois ils sont effectués lors de cette période, un traitement préventif est indispensable.

Ce qu’il faut retenir

  • A l’heure actuelle, la méthode préventive qui donne les meilleurs résultats réside dans le choix de d’espèces ou cultivars résistants. Différents cultivars existent, se référer au tableau 3.
  • Lorsqu’un regarnissage doit être effectué, ne pas réaliser les opérations lors de la période propice au développement de la maladie.
  • Des hauteurs de tontes plus élevées impliquent une humectation du feuillage plus importante et un risque plus élevé de développement du pathogène
  • Limiter les fertilisation estivales au maximum et privilégier de faibles apports d’azote (5 à 12 kg N/ha) sous forme d’engrais à libération lente si possible par voie foliaire.
  • Les produits à base de silice semblent donner de bons résultats en prévention de la maladie.
  • Les arrosages doivent être effectués tard dans la nuit ou tôt le matin pour limiter la durée d’humectation foliaire. La gestion de l’arrosage est un point clé concernant le développement du pathogène.
  • Pour les stades, des ventilateurs existent afin de limiter l’humidité foliaire.

Stratégie de lutte curative : les fongicides

Matières actives efficaces, plan de lutte

Les matières actives les plus efficaces sur Gray Leaf Spot restent les strobilurines avec l’azoxystrobine et la trifloxistrobine mais également le méthyl-thiophanate non homologué sur le marché français33,45,89,90. Le mélange de chlorothalonil avec une triazole peut également être efficace91–96 mais l’efficacité n’est pas totale en cas de forte pression97,98.

Cependant, l’homologation du dernier fongicide (Milfal®) composé de Chlorothalonil et Cyproconazole n’a pas été reconduite en 2018 en France suite au non-respect de différents critères environnementaux et d’exposition (Lien vers la décision de l’ANSES) et cette solution n’est donc plus valable.

Des applications préventives positionnées correctement permettent d’empêcher la maladie d’atteindre sa phase logarithmique, phase lors de laquelle la maladie se développe alors rapidement33,99. En effet, les premiers signes d’infection sont souvent visibles 4 à 6 semaines avant le développement rapide et intense du champignon pathogène99–101. Dans le Kentucky aux USA par exemple, cette phase logarithmique peut avoir lieu sur raygrass anglais à partir de la première semaine d’Août jusqu’à Septembre99. Sous des climats plus propices au développement du champignon pathogène comme dans le Maryland, cette phase peut avoir lieu dès la 3ème semaine de Juillet. En 2018 en France, il semblerait que cette phase ait eu lieu dès début Juillet sur le stade de Lorient92. Dans l’absence d’information officielle spécifique à la région, les intendants devraient effectuer un traitement préventif une à deux semaines avant la période annuelle propice historiquement au développement de la maladie. Une autre méthode peut consister à réaliser le premier traitement dès le signalement des premiers cas de Gray Leaf Spot dans la région, avec les risques que cela comporte33. Dans tous les cas, il semblerait que cette phase se situe entre début Juillet fin Août sur l’ensemble du territoire français.

Risque de résistance

Les trois matières actives les plus efficaces contre P. Grisea font toutes les trois parties de familles comportant un risque élevé de résistance. Le méthyl-thiophanate d’une part n’est pas autorisé en France. L’azoxystrobine, la trifloxystrobine et la pyraclostrobine de la famille des strobilurines d’autre part ont fait l’objet de très nombreux cas de résistance aux USA31,39,89,90,102,103 sur P. Grisea. Pour exemple, des cas de résistance de P. Grisea à l’azoxystrobine ont été observés dans cinq états en 2003 depuis l’autorisation de l’azoxystrobine sur la maladie en 1998 (voir figure 18). De plus, certaines grosses épidémies ont démarré suite aux pulvérisations non efficaces d’azoxystrobine33.

Cas de résistance du GLS à l'azoxystrobine
Figure 18 : A gauche : cas de résistance à l’azoxystrobine . La microparcelle de raygrass anglais a été traitée avec de l’azoxystrobine (Heritage) qui n’a pas été efficace sur une souche résistante. A droite : la même souche avec un programme fongicide complet alternant les familles de produits. (Source : P. Vincelli et M. Farman dans GCM, 2007). Licence :update on fungicide resistance in gray leaf spot” par Golf Course Management tous droits réservés

Les souches résistantes ont montré des sensibilité à l’azoxystrobine bien plus faibles comparé aux souches sensibles39,102. Deux types de souches mutantes résistantes ont été trouvées pour le raygrass anglais : le type G143A et le type F129L102 suivant la position des mutations dans la protéine du cytochrome b : la molécule cible des strobilurines89. D’abord, les souches mutantes G143A sont très fortement résistantes à l’azoxystrobine et à la trifloxystrobine, jusqu’à 700-1300 fois moins sensibles à ces matières actives que les souches initiales non mutantes39,102. Les souches mutantes F129L sont quant à elles modérément résistantes à l’azoxystrobine (140 fois moins sensibles) et un peu moins à la trifloxystrobine et la pyraclostrobine (environ 30 fois moins sensibles)39. Suivant le type de souche, il semblerait donc que la trifloxystrobine et la pyraclostrobine soient plus efficaces. Malheureusement, la souche mutante G143A semble majoritaire dans la plupart des localisations102. Non seulement les essais au champ sur souches résistantes ont montré que les applications de strobilurines n’avaient plus d’efficacité d’une part mais qu’elles avaient tendance à accentuer l’intensité des attaques104.

Bien que des cas de résistance aient été relevés, les strobilurines restent dans bien des cas la solution la plus efficace dans un programme fongicide contre P. Grisea. Le développement rapide de souches résistantes dans certains lieux n’empêche pas la bonne efficacité pendant des années des mêmes matières actives ailleurs33. Autre donnée intéressante, outre leur capacité à résister aux strobilurines, ces souches souffrent souvent en contrepartie de contreperformances (en anglais « fitness penalty » ou « reduced fitness ») :

  • Durée d’humidité foliaire plus importante pour l’infection
  • Croissance plus lente
  • Production de spore plus faible
  • Survie plus faible en hiver

Une étude intéressante sur les souches mutantes résistances a été menée sur plusieurs années à l’université du Kentucky. Un fairway en raygrass anglais infesté des souches résistantes a été laissé sans traitement durant 3 années. Chaque année, différentes souches ont été prélevées et analysées pour rechercher les souches mutantes G143A et F129L. Toutes les souches prélevées à la fin de la première année étaient résistantes. La deuxième année et la troisième année, des souches « sauvages » ont été à nouveau détectée mais 92% restaient résistantes89. Curieusement, la proportion de type F129L a augmenté au fil du temps même si les G143A restent majoritaires. Les résultats de cette étude indiquent donc malheureusement que lorsque des cas de résistance aux strobilurines ont lieu pour Gray Leaf Spot, ils persistent très longtemps sinon indéfiniment. D’où l’intérêt de mener une stratégie de rotation intelligente avec les matières actives disponibles. La bonne nouvelle est que les souches résistantes aux strobilurines sont toujours sensibles aux autres familles chimiques comme les triazoles89. Pour en savoir plus sur la résistance aux fongicides, se référer à l’article suivant.

La meilleure stratégie dans notre pays consisterait donc à alterner triazoles et strobilurines dans le but de retarder le plus possible le risque de résistance à ces matières actives. Malheureusement, les produits disponibles actuellement mélangent souvent des matières actives dont les familles sont connues pour leur risque élevé de résistance (SDHIs, strobilurines et dans une moindre mesure triazoles). Il est donc difficile d’alterner les familles chimiques puisque celles-ci sont systématiquement mélangées.

Stratégie de lutte chimique en France

En France, la maladie a lieu comme dans l’état du Kentucky entre mi-juillet et mi-octobre mais la pression est la plus forte entre début août jusqu’à début septembre. Paul Vincelli recommande dans cette région des USA de réaliser éventuellement un traitement préventif avant la phase logarithmique de la maladie avec une autre famille chimique moins efficace que les strobilurines (triazole avec Banner Maxx 2® par exemple). Puisque la pression est encore faible, cette famille moins efficace sur le champignon pathogène permettra d’obtenir un contrôle adéquat sans pour autant risquer de sélectionner des souches résistantes aux strobilurines89. Si la pression augmente ou si la phase logarithmique est atteinte, alors une application de strobilurine (Heritage®, Insignia® ou Dedicate®) peut être réalisée. Elle sera ensuite alternée obligatoirement avec une triazole comme le propiconazole à nouveau (Banner Maxx 2®) ou éventuellement d’un passage de Dedicate® si Heritage® ou Insignia® ont déjà été appliqués : l’association avec le tébuconazole limitera le risque de résistance à la trifloxystrobine. Moins les strobilurines sont utilisées et plus longtemps leur efficacité sera préservée.

Dans le meilleur des cas, les strobilurines doivent être mélangées avec un fongicide de contact comme le chlorothalonil ou le mancozèbe89 qui ne sont malheureusement plus homologués sur gazon en France. Il n’existe d’ailleurs plus qu’un seul fongicide de contact pur (Medallion TL®). Il est peut-être possible d’envisager le mélange Medallion TL® + Heritage®/Insignia® dans cette optique, même si l’efficacité sur Gray Leaf Spot du fludioxonil est mal documentée. Pour rappel, le Medallion TL® peut être utilisé 4 fois dans la saison. Il faut cependant ne pas oublier son efficacité sur fusariose froide et donc garder des possibilités d’application durant la période froide.

Le tableau 4 répertorie l’ensemble des produits potentiellement utilisables et disponibles sur le marché français avec une efficacité reconnue sur P. Grisea par les essais américains. Le lecteur pourra aussi se reporter au guide des fongicides disponible sur le site web de la clinique du gazon pour trouver les recommandations de Clarke et Vincelli des universités de Rutgers et du Kentucky concernant l’efficacité des fongicides. Le but est donc d’alterner au maximum ces différents produits et éventuellement de mélanger avec du fludioxonil. Une autre association possible est le propiconazole avec l’azoxystrobine (Heritage® + Banner Maxx2®) qui a fait ses preuves dans les essais105 mais dont le coût en France peut refroidir l’intendant.

Spécialité commerciale Composition Familles Efficacité Risque de Résistance Nombre d’application maximal Dosage hectare
Heritage 500 g/kg azoxystrobine strobilurines Excellente sous forte pression Elevé 1 0,5 kg/ha
Insignia 200 g/kg pyraclostrobine strobilurines Excellente sous forte pression Elevé 2 1,25 kg/ha
Dedicate 100 g/L trifloxystrobine + 200 g/L tébuconazole strobilurines + triazoles Très bonne sous pression modérée à forte Moyen à Elevé 2 0,75 L/ha
Banner Maxx 2 162 g/L propiconazole triazoles Bonne sous une pression faible à modérée Moyen 2 3 L/ha
Fludioxonil 125 g/L fludioxonil phénylpyrroles A mélanger avec triazoles ou strobilurines Faible à Moyen 4 3L/ha

Tableau 4 : ensemble des produits potentiellement utilisables et disponibles sur le marché français avec une efficacité reconnue sur P. Grisea par les essais américains.

Le cas français du Gray Leaf Spot

En France, aucune étude n’a été lancée à ce jour pour identifier le type de souche et leur sensibilité par rapport à des souches sensibles non mutantes. Ce travail est indispensable pour préconiser les meilleurs traitements ou combinaisons de traitements. De plus, aucun produit ne possède d’homologation officielle pour l’usage « Gray Leaf Spot » et aucune mention n’apparait dans les fiches techniques ou étiquettes des produits dont l’efficacité est connue aux USA. Cela souligne le manque de connaissance actuel sur ce pathogène dans l’hexagone. Les instances officielles doivent réagir par rapport aux épidémies des dernières années et le réseau d’épidémio-surveillance remonter les informations et pourquoi pas isoler les souches afin de mieux les caractériser. De ce travail dépendent des solutions efficaces à mettre en œuvre sur le terrain par les intendants. Il est tout de même intéressant de souligner la convention signée entre la ligue de football professionnel et l’AGREF en ce qui concerne le réseau d’épidémio-surveillance (https://www.lfp.fr/corporate/article/la-lfp-signe-une-convention-avec-l-agref-et-la-federation-francaise-de-golf.htm) mais les actions pratiques mises en œuvre sur le terrain pour améliorer la situation se font attendre.

Ce qu’il faut retenir

  • Le recours aux fongicides de synthèse est la seule solution efficace lors des fortes épidémies de Gray Leaf Spot qui ont lieu de Juillet à Septembre.
  • Les strobilurines représentent les matières actives les plus efficaces dans la lutte contre P. Grisea mais doivent être utilisées judicieusement pour limiter le risque de résistance élevé pour cette famille de produits. Les triazoles possèdent également une efficacité modérée à bonne.
  • La gestion de la résistance est importante car la persistance des souches mutantes semble très élevée et le retour à des populations sensibles très long.
  • Il est fortement recommandé d’alterner triazoles et strobilurines dans le programme de lutte chimique.
  • Avant la phase logarithmique de la maladie où la pression est faible à modérée (Juin, début Juillet) préférer les triazoles aux strobilurines.
  • Lors de la phase de développement du pathogène (phase logarithmique, de mi-juillet à fin Août), l’utilisation des strobilurines est le choix le plus efficace.
  • Les strobilurines peuvent être mélangées avec le seul fongicide de contact disponible en France : le fludioxonil toujours dans le but de retarder les apparitions de résistance.

Biocontrôle

Des efforts considérables ont été mis en œuvre dans le développement de solutions de biocontrôle ces dernières années. Parmi les stratégies de lutte, il existe probablement de nombreux microorganismes dont les effets sur Gray Leaf Spot sont encore peu ou pas documentés (certains champignons ou bactéries antagonistes).

Pseudomonas aeruginosa
Figure 19 : Photographie au microscope électronique de Pseudomonas aeruginosa.

Une publication a étudié les effets de la bactérie Pseudomonas aeruginosa (voir figure 19) isolée d’un compost de production de champignon ayant un effet hautement antagoniste sur M. oryzae106. Dans des conditions contrôlées, les souches de bactéries étaient aussi efficaces que le propiconazole mais significativement moins que l’azoxystrobine. Au champ, l’application préventive de Pseudomonas aeruginosa permet le contrôle du pathogène jusqu’à 14 jours106. Une autre bactérie, Bacillus lentimorbus isolée de la rhizosphère du raygrass anglais est également antagoniste de M. oryzae107. Sur boîte de Pétri, la bactérie inhibe le développement mycélien de souches du pathogène isolées sur raygrass anglais, fétuque élevée et riz. Sous serre, la bactérie appliquée préventivement diminue significativement l’intensité et l’incidence de la maladie jusqu’à 20 jours107.

Plus récemment, un étudiant de master a étudié l’efficacité sous serre et au champ de différentes préparations microbiennes et fongiques sur Gray Leaf Spot80. L’étude prend le soin de d’isoler 87 différentes bactéries et champignons déjà connues pour leur efficacité sur P. Grisea sur riz. Elle inclue également deux spécialités commerciales à base de Trichoderma Harzianum.

La première partie étudie l’antagonisme in-vitro (sur boîtes de Pétri) des différentes souches sur Gray Leaf Spot. Seules 18 souches isolées sur les 87 possèdent un pouvoir antagoniste avec une inhibition de P. Grisea variant de 63,5 à 85%. 9 souches bactériennes sont sélectionnées pour la deuxième partie de l’étude, elles comprennent des Bacillus (amyloliquefaciens et cereus) et Pseudomonas. L’étude retient également des souches de Trichoderma Harzianum (T77 et KD) pour leur forte inhibition in-vitro (environ 80%, voir figure 20).

Efficacité de différentes souches fongiques sur GLS
Figure 20 : Efficacité de différentes souches fongiques (souches Kd (a) et T77 (b) de Trichoderma Harzianum) et microbiennes (souche 120 (d) et M1 de Bacillus (e)) sur leur antagonisme avec P. Grisea (P). Boîte témoin visibles en (c) et (f). La souche est antagoniste lorsque la croissance de P. Grisea (P) reste cloisonnée d’un côté de la boîte comme c’est le cas pour toutes les souches testées. (Source : Dammie, 2017). Licence : “Biological control of gray leaf spot (Pyricularia grisea (cooke) sacc.) of ryegrass” par Université de Kwazulu-Natal tous droits réservés

La seconde partie est effectuée sous serre et sur raygrass (annuel et anglais)80. Les résultats sont contrastés. Sans surprise, l’azoxystrobine est le traitement le plus significativement efficace (35 et 54% d’efficacité dans les essais 1 et 2). Certaines souches de Bacillus sp., B. amyloliquefaciens et Pseudomonas montrent une certaine efficacité mais non significative. Une seule préparation bactérienne à base de Bacillus Cereus permet de réduire significativement le développement de Gray Leaf Spot (35 et 45% d’efficacité dans les essais 1 et 2). Les deux souches de Trichoderma Harzianum testées n’ont pas permis de réduire significativement le développement du pathogène.

Enfin, la dernière partie étudie l’effet sur microparcelles de souches bactériennes et de Trichoderma Harzianum. Au champ, une des deux souches de Bacillus (Bacillus sp.) ayant fait ses preuves sous serre permet de réduire significativement le développement de P. Grisea par rapport au témoin. La seconde souche (B. Cereus) diminue l’intensité de Gray Leaf Spot mais pas le résultat n’est pas statistiquement significatif.

Au final, cette étude complète est largement encourageante par rapport à l’utilisation de souches bactériennes ou fongiques sur des maladies du gazon comme Gray Leaf Spot. D’autres investigations seraient nécessaires pour mieux cerner les souches potentielles et le cadre de leur utilisation. L’utilisation conjointe de ces produits préventifs avec des variétés résistantes permettrait peut-être de limiter suffisamment le développement d’épidémies. Dans le cas de maladies largement déclarées, le recours aux fongicides de synthèse reste malheureusement l’unique solution efficace.

A l’heure actuelle, différents produits à base de souches bactériennes et fongiques existent en France. Cependant, seule une souche de Trichoderma Harzianum (voir l’article à ce sujet) détient une homologation en tant que biocontrôle sur gazon (souche T22 avec la gamme Trianum® de la société Koppert) mais aucun usage pour ce type de maladie n’est homologué et aucune donnée sur son efficacité préventive n’existe pour le Gray Leaf Spot. Dans les années à venir, d’autres produits verront certainement le jour. Il est souhaitable que les industriels mettent en place des essais sérieux pour identifier les souches potentiellement intéressantes pour les maladies du gazon et jouent le jeu quant à l’homologation des produits certes couteuse mais obligatoire sur notre territoire.

Paroles d’experts scientifiques

Peter Landschoot

PETER LANDSCHOOT

Peter Landschoot est professeur et chercheur en sciences du gazon à l’université de Penn State (Pennsylvanie).

Il est également directeur des formations supérieures universitaires spécialisées en gazon au sein de l’université. Il a publié de nombreux travaux sur les pathologies et la gestion du gazon (voir sa page web) et anime régulièrement de nombreux séminaires et conférences.

Ayant travaillé notamment sur Gray Leaf Spot, il a accepté de répondre à mes questions concernant ce pathogène à l’origine de nombreuses épidémies au début des années 2000 aux Etats-Unis.

Logo PennState University

R. Giraud : Que pensez-vous des origines du champignon pathogène?

P. Landschoot : Magnaporthe oryzae trouve probablement ses origines dans la production agricole de riz et peut-être d’autres cultures céréalières en Europe et en Afrique. Les spores peuvent se propager par le biais du vent. Je ne pense pas que le pathogène en Europe proviennent des semences de raygrass anglais importées des Etats-Unis mais je ne peux pas être sûr de ce propos.

R. Giraud : Quelle est selon vous la meilleure manière de gérer le pathogène sur les stades, golfs?

P. Landschoot : La meilleure manière est d’essayer d’implanter des cultivars résistants s’il sont disponibles en Europe : c’est le meilleur moyen de contrôler la maladie. Il faut également faciliter les flux d’air ou utiliser les tondeuses ou dragmats pour retirer l’humidité de la surface foliaire le matin. Cette pratique permettra de réduire la durée d’humectation de la surface foliaire et réduira donc la germination des spores et par conséquent l’infection du champignon pathogène. La sur-stimulation de la croissance foliaire avec des fertilisation azotées trop élevées favorise également le développement de Gray Leaf Spot. Par conséquent, il faut veiller à ne pas appliquer trop d’azote lors des périodes à risque. Si l’été est chaud et humide, alors une application de fongicide est quasiment obligatoire. J’ai cru comprendre que l’utilisation des fongicides était restreinte en Europe mais une pulvérisation au bon moment peut sauver la surface engazonnée avant que l’attaque de Gray Leaf Spot devienne trop intense.

R. Giraud : Selon vous, quelle est la meilleure stratégie de lutte chimique contre Gray Leaf Spot?

P. Landschoot : Les meilleures combinaisons de fongicides sont propiconazole + chlorothalonil* ou azoxystrobine + chlorothalonil*

*le chlorothalonil n’est plus homologué en France depuis 2018. Il se retrouvait en mélange avec le cyproconazole dans la spécialité Milfal® de Syngenta dont l’homologation n’a pas été reconduite en 2018.

R. Giraud : Quelles conditions (climat, type de sols, …) sont propices au développement de Gray Leaf Spot?

P. Landschoot : Les températures élevées (28 à 35°C) combinées à des durées prolongées d’humectation de la surface foliaire (24 à 48 heures) constituent les conditions optimales de développement du pathogène. Une fertilisation azotée trop élevée augmente également le risque de développement du pathogène. Enfin, les jeunes gazons sont plus sensibles que les gazons à maturité.

Bruce Clarke

BRUCE CLARKE

Bruce Clarke est professeur et chercheur en sciences du gazon à l’université de Rutgers (New Jersey).

Spécialiste des maladies du gazon, il a participé à de nombreux travaux de recherche sur Gray Leaf Spot et a également publié de nombreux articles sur le champignon pathogène.

Il a également accepté de donner son avis sur la maladie.

Logo université de Rutgers

R. Giraud : Quelles conditions sont propices au développement de Gray Leaf Spot?

B. Clarke : Gray Leaf Spot est devenu un problème aux Etats-Unis depuis la fin des années 80. C’est une pathologie qui concerne principalement les gazons regarnis car les jeunes plantules sont fortement susceptibles à la maladie 4 à 5 semaines après germination. Les plants matures sont bien moins sensibles au Gray Leaf Spot. La maladie est la plus virulente lorsque la température nocturne se situe au-delà de 17°C et quand le gazon est sur-fertilisé en azote.

R. Giraud : Quelles sont les solutions les plus efficaces?

B. Clarke : Le moyen le plus efficace dans le contrôle de la maladie est l’implantation de cultivars résistants. Il est également fortement recommandé de décaler les regarnissages ou overseedings jusqu’à des périodes plus douces en automne (mi-Septembre dans l’Est des Etats-Unis).

R. Giraud : Sur quels aspects avez vous travaillé concernant Gray Leaf Spot?

B. Clarke : Mes travaux de recherche concernant la maladie se concentraient principalement sur la lutte chimique (voir le guide des fongicides que j’ai rédigé avec Paul Vincelli en 2017). A l’heure actuelle, peu de travaux concernent ce champignon pathogène puisque les golfs utilisent désormais des variétés résistantes ou des espèces différentes (pâturin des prés, agrostides).

Bibliographie

  1. Hernot, M. (2018). Pourquoi les pelouses de Ligue 1 sont si pourries. Ouest France https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/31431
  2. Borella, J. C. (2018). Les gazons maudits de la Ligue 1. Le Monde
  3. Loury, R. (2018). Le blé européen menacé par le football? Journal de l’environnement 1 p.  http://www.journaldelenvironnement.net/article/le-ble-europeen-menace-par-le-football
  4. Gazon Sport Pro H24. (2018). Gazon impraticable pour le FC Lorient : que s’est-il passé au Moustoir ? Gazon Sport Pro H24 Article web, http://www.gsph24.com/articles/gazon-impraticable-fc-lorient-moustoir-pyriculariose
  5. Article. (2018). Le Football menacerait-il les cultures de blé européennes ? European Scientist https://www.europeanscientist.com/fr/agriculture-fr/le-football-menacerait-il-les-cultures-de-ble-europeennes/
  6. Couch, B. C. & Kohn, L. M. (2002). A multilocus gene genealogy concordant with host preference indicates segregation of a new species, Magnaporthe oryzae, from M. grisea. Mycologia 94, 683–693
  7. Kato, H. et al. (2000). Pathogenicity, Mating Ability and DNA Restriction Fragment Length Polymorphisms of Pyricularia Populations Isolated from Gramineae, Bambusideae and Zingiberaceae Plants. J Gen Plant Pathol 66, 30–47 https://doi.org/10.1007/PL00012919
  8. Rossman, A. Y., Howard, R. J. & Valent, B. (1990). Pyricularia grisea, the Correct Name for the Rice Blast Disease Fungus. Mycologia 82, 509–512 https://doi.org/10.2307/3760024
  9. Couch, B. C. et al. (2005). Origins of host-specific populations of the blast pathogen Magnaporthe oryzae in crop domestication with subsequent expansion of pandemic clones on rice and weeds of rice. Genetics 170, 613–630 https://doi.org/10.1534/genetics.105.041780
  10. Zeigler, R. S. (1998). Recombination in Magnaporthe grisea. Annu Rev Phytopathol 36, 249–275 https://doi.org/10.1146/annurev.phyto.36.1.249
  11. Bain, D. C., Patel, B. M. & Patel, M. V. (1972). Blast of ryegrass in Mississippi. Plant Disease Report 56, 210
  12. Pappas, A. C. & Paplomatas, E. J. (1998). Pyricularia Leaf Spot: A New Disease of Ornamental Plants of the Family Marantaceae. Plant Disease 82, 465–469 https://doi.org/10.1094/PDIS.1998.82.5.465
  13. Sundaram, N. V., Palmer, L. T., Nagarajan, K. & Prescott, J. M. (1972). Disease survey of sorghum and millets in India. Plant Disease Reporter 56, 740–743
  14. Yaegashi, H. & Udagawa, S. (1978). The taxonomical identity of the perfect state of Pyricularia grisea and its allies. Can. J. Bot. 56, 180–183 https://doi.org/10.1139/b78-023
  15. Chiapello, H. et al. (2015). Deciphering Genome Content and Evolutionary Relationships of Isolates from the Fungus Magnaporthe oryzae Attacking Different Host Plants. Genome Biol Evol 7, 2896–2912 https://doi.org/10.1093/gbe/evv187
  16. Douhan, G. W., de la Cerda, K. A., Huryn, K. L., Greer, C. A. & Wong, F. P. (2010). Contrasting Genetic Structure Between Magnaporthe grisea Populations Associated with the Golf Course Turfgrasses Lolium perenne (Perennial Ryegrass) and Pennisetum clandestinum (Kikuyugrass). Phytopathology 101, 85–91 https://doi.org/10.1094/PHYTO-08-10-0205
  17. Saleh, D., Milazzo, J., Adreit, H., Fournier, E. & Tharreau, D. (2014). South-East Asia is the center of origin, diversity and dispersion of the rice blast fungus, Magnaporthe oryzae. New Phytologist 201, 1440–1456 https://doi.org/10.1111/nph.12627
  18. Kumar, J., Nelson, R. J. & Zeigler, R. S. (1999). Population structure and dynamics of Magnaporthe grisea in the Indian Himalayas. Genetics 152, 971–984
  19. Saleh, D. et al. (2012). Sex at the origin: an Asian population of the rice blast fungus Magnaporthe oryzae reproduces sexually. Mol. Ecol. 21, 1330–1344 https://doi.org/10.1111/j.1365-294X.2012.05469.x
  20. Pagliaccia, D. et al. (2018). Genetic Structure of the Rice Blast Pathogen (Magnaporthe oryzae) over a Decade in North Central California Rice Fields. Microb Ecol 75, 310–317 https://doi.org/10.1007/s00248-017-1029-4
  21. Viji, G., Wu, B., Kang, S., Uddin, W. & Huff, D. R. (2001). Pyricularia grisea Causing Gray Leaf Spot of Perennial Ryegrass Turf: Population Structure and Host Specificity. Plant Disease 85, 817–826 https://doi.org/10.1094/PDIS.2001.85.8.817
  22. Farman, M. L. (2002). Pyricularia grisea Isolates Causing Gray Leaf Spot on Perennial Ryegrass (Lolium perenne) in the United States: Relationship to P. grisea Isolates from Other Host Plants. Phytopathology 92, 245–254 https://doi.org/10.1094/PHYTO.2002.92.3.245
  23. Viji, G. & Uddin, W. (2002). Distribution of Mating Type Alleles and Fertility Status of Magnaporthe grisea Causing Gray Leaf Spot of Perennial Ryegrass and St. Augustinegrass Turf. Plant Disease 86, 827–832 https://doi.org/10.1094/PDIS.2002.86.8.827
  24. Tredway, L. P., Stevenson, K. L. & Burpee, L. L. (2003). Mating Type Distribution and Fertility Status in Magnaporthe grisea Populations from Turfgrasses in Georgia. Plant Disease 87, 435–441 https://doi.org/10.1094/PDIS.2003.87.4.435
  25. Tosa, Y., Uddin, W., Viji, G., Kang, S. & Mayama, S. (2007). Comparative Genetic Analysis of Magnaporthe oryzae Isolates Causing Gray Leaf Spot of Perennial Ryegrass Turf in the United States and Japan. Plant Disease 91, 517–524 https://doi.org/10.1094/PDIS-91-5-0517
  26. Tanaka, A., Tamba, H., Tosa, Y., Mayama, S. & Tani, T. (2000). Gray leaf spot occurred on perennial ryegrass (Lolium perenne) in golf courses. J. Jpn. Soc. Turf. Sci. 29, 38–39
  27. Tanaka, A., Urashima, A., Tosa, Y., Mayama, S. & Tani, T. (1998). Gray leaf spot occurred on perennial ryegrass. J. Jpn. Soc. Turf. Sci. 27, 116–117
  28. Kato, H., Yamaguchi, T. (National I. of A. S. & Nishihara, N. (1977). Seed transmission, pathogenicity and control of ragi blast fungus and susceptibility of ragi to Pyricularia spp. from grasses, cereals and Mioga [ginger]. Annals of the Phytopathological Society of Japan (Japan)
  29. Mueller, K. E. (1972). Gray Leaf Spot of St Augustine Grass. California Turgrass Culture 22, 19–20
  30. Malca, I. & Owen, J. H. (1957). The gray leaf spot disease of St. Augustinegrass. Plant Disease Report 41, 871–875
  31. Wong, F. P. (2006). Gray Leaf Spot in the West. Golf Course Management, Mois de Mai
  32. Uddin, W., Soika, M. D., Moorman, F. E. & Viji, G. (1999). A Serious Outbreak of Blast Disease (Gray Leaf Spot) of Perennial Ryegrass in Golf Course Fairways in Pennsylvania. Plant Disease 83, 783–783 https://doi.org/10.1094/PDIS.1999.83.8.783B
  33. Uddin, W., Viji, G. & Vincelli, P. (2003). Gray Leaf Spot (Blast) of Perennial Ryegrass Turf : An Emerging Problem for the Turfgrass Industry. Plant Disease 87, 880–889 https://doi.org/10.1094/PDIS.2003.87.8.880
  34. Carver, R. B., Rush, M. & Lindberg, G. D. (1972). An epiphytotic of ryegrass blast in Louisiana. Plant Disease Report 56, 157–159
  35. Trevathan, L. E., Moss, M. A. & Blasingame, D. (1994). Ryegrass Blast. Plant Disease 78, 113–118 https://doi.org/10.1094/PD-78-0113
  36. Landschoot, P. J. & Hoyland, B. F. (1992). Gray leaf spot of perennial ryegrass turf in Pennsylvania. Plant Disease 76, 1280–1282
  37. Pedersen, D. K., Kane, R. T. & Wilkinson, H. T. (2000). First Report of Gray Leaf Spot Caused by Pyricularia grisea on Lolium perenne in Illinois. Plant Disease 84, 1151–1151 https://doi.org/10.1094/PDIS.2000.84.10.1151B
  38. Harmon, P., Rane, K., Ruhl, G. & Latin, R. (2000). First Report of Gray Leaf Spot on Perennial Ryegrass in Indiana. Plant Disease 84, 492–492 https://doi.org/10.1094/PDIS.2000.84.4.492B
  39. Vincelli, P. & Dixon, E. (2002). Resistance to QoI (Strobilurin-like) Fungicides in Isolates of Pyricularia grisea from Perennial Ryegrass. Plant Disease 86, 235–240 https://doi.org/10.1094/PDIS.2002.86.3.235
  40. Schumann, G. L. & Jackson, N. (1999). First Report of Gray Leaf Spot (Pyricularia grisea) on Perennial Ryegrass (Lolium perenne) in New England. Plant Disease 83, 1073–1073 https://doi.org/10.1094/PDIS.1999.83.11.1073B
  41. Uddin, W., Viji, G. & Stowell, L. (2002). First Report of Gray Leaf Spot on Perennial Ryegrass Turf in California. Plant Disease 86, 75–75 https://doi.org/10.1094/PDIS.2002.86.1.75C
  42. Wong, P. F. & de la Cerda, A. K. (2006). First Report of Pyricularia grisea (Gray Leaf Spot) on Perennial Ryegrass ( Lolium perenne ) in Nevada. 90, https://doi.org/10.1094/PD-90-0683A
  43. Fraser, M. L. (1995). Susceptibility of tall fescues to gray leaf spot. Biol. Cultural Tests 12, 130
  44. Wong, F. P., Gelernter, W. & Stowell, L. (2005). First Report of Pyricularia grisea Causing Gray Leaf Spot on Kikuyugrass (Pennisetum clandestinum) in the United States. Plant Disease 89, 433–433 https://doi.org/10.1094/PD-89-0433C
  45. Latin, R. & Harmon, P. (2004). Managing gray leaf spot in the Midwest. Golf Course Management Octobre, 89–92
  46. Greer, C. A., Scardaci, S. C. & Webster, R. K. (1997). First Report of Rice Blast Caused by Pyricularia grisea in California. Plant Disease 81, 1094–1094 https://doi.org/10.1094/PDIS.1997.81.9.1094A
  47. Agref. (2018). Bulletin d’alerte N°1. Bulletin d’Alerte Réseau d’épidémio-surveillance 9 p.
  48. Lau, G. W. & Hamer, J. E. (1998). Acropetal: a genetic locus required for conidiophore architecture and pathogenicity in the rice blast fungus. Fungal Genet. Biol. 24, 228–239 https://doi.org/10.1006/fgbi.1998.1053
  49. Uddin, W., Viji, G., Schumann, G. L. & Boyd, S. H. (2003). Detection of Pyricularia grisea Causing Gray Leaf Spot of Perennial Ryegrass Turf by a Rapid Immuno-Recognition Assay. Plant Disease 87, 772–778 https://doi.org/10.1094/PDIS.2003.87.7.772
  50. Harmon, P. F., Dunkle, L. D. & Latin, R. (2003). A Rapid PCR-Based Method for the Detection of Magnaporthe oryzae from Infected Perennial Ryegrass. Plant Disease 87, 1072–1076 https://doi.org/10.1094/PDIS.2003.87.9.1072
  51. Yang, W. et al. (2014). Early diagnosis of blast fungus, Magnaporthe oryzae, in rice plant by using an ultra-sensitive electrically magnetic-controllable electrochemical biosensor. Analytica Chimica Acta 850, 85–91 https://doi.org/10.1016/j.aca.2014.08.040
  52. Harmon, P. F. & Latin, R. (2005). Winter Survival of the Perennial Ryegrass Pathogen Magnaporthe oryzae in North Central Indiana. Plant Disease 89, 412–418 https://doi.org/10.1094/PD-89-0412
  53. Howard, R. J. & Valent, B. (1996). Breaking and entering: host penetration by the fungal rice blast pathogen Magnaporthe grisea. Annu. Rev. Microbiol. 50, 491–512 https://doi.org/10.1146/annurev.micro.50.1.491
  54. Uddin, W., Serlemitsos, K. & Viji, G. (2003). A Temperature and Leaf Wetness Duration-Based Model for Prediction of Gray Leaf Spot of Perennial Ryegrass Turf. Phytopathology 93, 336–343 https://doi.org/10.1094/PHYTO.2003.93.3.336
  55. Moss, M. A. & Trevathan, L. E. (1987). Environmental conditions conducive to infection of ryegrass by Pyricularia grisea. Phytopathology (USA)
  56. Li, Y., Uddin, W. & Kaminski, J. E. (2014). Effects of relative humidity on infection, colonization and conidiation of Magnaporthe orzyae on perennial ryegrass. Plant Pathology 63, 590–597 https://doi.org/10.1111/ppa.12127
  57. Uddin, W., Burpee, L. L. & Stevenson, K. L. (1998). Influence of temperature, and leaf wetness duration on development of gray leaf spot (blast) of tall fescue. Int. Conf. Plant Prot. Tropics 5th. Kuala Lumpur, Malaysia, 136–141
  58. Hemmi, T. & Imura, J. (1939). On the relation of air humidity to conidial formation in the rice blast fungus, Pyricularia oryzae, and characteristics in the germination of conidia production by the strains showing different pathogenicity. Annals of the Phytopathological Society of Japan 9, 147–56
  59. Carisse, O. (1992). Influence of Interrupted Wet Periods, Relative Humidity, and Temperature on Infection of Carrots by Cercospora carotae. 82, https://doi.org/10.1094/Phyto-82-602
  60. Sutton, J. C., Gillespie, T. J. & Hildebrand, P. D. (1984). Monitoring Weather Factors in Relation to Plant Disease. Plant Disease 68, 68–78 https://doi.org/10.1094/PD-68-78
  61. Gazon Sport Pro H24. (2018). Comment prévenir la pyriculariose. Gazon Sport Pro H24 article web, http://www.gsph24.com/articles/pyriculariose-gazon-champignon-pr%C3%A9venir
  62. Escalona, V. H., Aguayo, E., Martínez-Hernández, G. B. & Artés, F. (2010). UV-C doses to reduce pathogen and spoilage bacterial growth in vitro and in baby spinach. Postharvest Biology and Technology 56, 223–231 https://doi.org/10.1016/j.postharvbio.2010.01.008
  63. Janisiewicz, W. J., Takeda, F., Glenn, D. M., Camp, M. J. & Jurick, W. M. (2015). Dark Period Following UV-C Treatment Enhances Killing of Botrytis cinerea Conidia and Controls Gray Mold of Strawberries. Phytopathology 106, 386–394 https://doi.org/10.1094/PHYTO-09-15-0240-R
  64. Nigro, F., Ippolito, A. & Lima, G. (1998). Use of UV-C light to reduce Botrytis storage rot of table grapes. Postharvest Biology and Technology 13, 171–181 https://doi.org/10.1016/S0925-5214(98)00009-X
  65. Pombo, M. A., Rosli, H. G., Martínez, G. A. & Civello, P. M. (2011). UV-C treatment affects the expression and activity of defense genes in strawberry fruit (Fragaria×ananassa, Duch.). Postharvest Biology and Technology 59, 94–102 https://doi.org/10.1016/j.postharvbio.2010.08.003
  66. Stevens, C. et al. (1999). Induced resistance of sweetpotato to Fusarium root rot by UV-C hormesis. Crop Protection 18, 463–470 https://doi.org/10.1016/S0261-2194(99)00045-9
  67. Yin, X. et al. (2016). Insights into the Mechanisms Underlying Ultraviolet-C Induced Resveratrol Metabolism in Grapevine (V. amurensis Rupr.) cv. “Tonghua-3”. Front Plant Sci 7, https://doi.org/10.3389/fpls.2016.00503
  68. Suthaparan, A. et al. (2016). Suppression of Powdery Mildews by UV-B: Application Frequency and Timing, Dose, Reflectance, and Automation. Plant Disease 100, 1643–1650 https://doi.org/10.1094/PDIS-12-15-1440-RE
  69. Vaiciunas, S. & Clarke, B. B. (2000). Impact of cultural practices and genotype on the development of gray leaf spot in cool season turfgrasses. Proceedings Rutgers Turfgrass Sympos. New Brunswick, NJ.,
  70. Williams, D. W., Burrus, P. B. & Vincelli, P. (2001). Severity of Gray Leaf Spot in Perennial Ryegrass as Influenced by Mowing Height and Nitrogen Level. Crop Science 41, 1207–1211 https://doi.org/10.2135/cropsci2001.4141207x
  71. Clarke, B. B. & Vaiciunas, S. (2001). Best management practices for control of gray leaf spot. Phytopathology 91, 148
  72. Uddin, W., Soika, M. D., Shelton, J. & Soika, E. L. (2001). Severity of gray leaf spot (blast) of perennial ryegrass turf as influenced by nitrogen source. Phytopathology 91, S90
  73. Clarke, B. B. (2007). Managing Gray Leaf Spot on Perennial Ryegrass. Présentation Powerpoint Rutgers University, https://turf.rutgers.edu/research/sierraturfconfgls.pdf
  74. Nanayakkara, U. N., Uddin, W. & Datnoff, L. E. (2009). Soil silicon amendment for managing gray leaf spot of perennial ryegrass turf on golf courses in Pennsylvania. Canadian Journal of Plant Pathology 31, 415–426 https://doi.org/10.1080/07060660909507616
  75. Romero, A., Munévar, F. & Cayón, G. (2011). Silicon and plant diseases. A review. Agronomía Colombiana 29, 473–480
  76. Datnoff, L. E., Deren, C. W. & Snyder, G. H. (1997). Silicon fertilization for disease management of rice in Florida. Crop Protection 16, 525–531 https://doi.org/10.1016/S0261-2194(97)00033-1
  77. Fauteux, F., Rémus-Borel, W., Menzies, J. G. & Bélanger, R. R. (2005). Silicon and plant disease resistance against pathogenic fungi. FEMS Microbiol. Lett. 249, 1–6 https://doi.org/10.1016/j.femsle.2005.06.034
  78. Rahman, A., Wallis, C. M. & Uddin, W. (2015). Silicon-Induced Systemic Defense Responses in Perennial Ryegrass Against Infection by Magnaporthe oryzae. Phytopathology 105, 748–757 https://doi.org/10.1094/PHYTO-12-14-0378-R
  79. Brecht, M. O., Datnoff, L. E., Kucharek, T. A. & Nagata, R. T. (2004). Influence of Silicon and Chlorothalonil on the Suppression of Gray Leaf Spot and Increase Plant Growth in St. Augustinegrass. Plant Disease 88, 338–344 https://doi.org/10.1094/PDIS.2004.88.4.338
  80. Dammie, N. (2017). Biological control of gray leaf spot (Pyricularia grisea (cooke) sacc.) of ryegrass.
  81. Curley, J. et al. (2005). QTL mapping of resistance to gray leaf spot in ryegrass. Theor. Appl. Genet. 111, 1107–1117 https://doi.org/10.1007/s00122-005-0036-x
  82. Bonos, S. A., Kubik, C., Clarke, B. B. & Meyer, W. A. (2004). Breeding Perennial Ryegrass for Resistance to Gray Leaf Spot. Crop Science 44, 575–580 https://doi.org/10.2135/cropsci2004.5750
  83. Hamblin, A. & Hofmann, N. E. (Universite I. (2001). Breeding for gray leaf spot resistance. Phytopathology 91, S148
  84. Curley, J., Chakraborty, N., Chang, S. & Jung, G. (2008). QTL Mapping of Resistance to Gray Leaf Spot in Ryegrass: Consistency of QTL between Two Mapping Populations. Asian Journal of Turfgrass Science 22, 85–100
  85. Curley, J. & Geunhwa, J. (2005). Quantitative trait Loci (QTL) mapping of resistance to gray leaf spot in Lolium. USGA’s Tuifgrass and Environmental Research Online http://archive.lib.msu.edu/tic/ressum/2005/26.pdf
  86. Jo, Y.-K., Wang, G.-L. & Boehm, M. J. (2007). Expression Analysis of Rice Defense-Related Genes in Turfgrass in Response to Magnaporthe grisea. Phytopathology 97, 170–178 https://doi.org/10.1094/PHYTO-97-2-0170
  87. Reicher, Z. J. & Hardebeck, G. A. (2002). Overseeding Strategies for Converting Golf Course Fairways to Creeping Bentgrass. HortScience 37, 508–510
  88. Kraft, R. W., Keeley, S. J. & Su, K. (2004). Conversion of Fairway-Height Perennial Ryegrass Turf to Kentucky Bluegrass without Nonselective Herbicides. Agronomy Journal 96, 576–579 https://doi.org/10.2134/agronj2004.5760
  89. Vincelli, P. & Farman, M. L. (2007). Update of fungicide resistance in Gray Leaf Spot. Golf Course Management
  90. Vincelli, P. & Dixon, E. (2002). Update: Fungicide failure against gray leaf spot. Golf Course Management Janvier, 53–55
  91. Dernoeden, P. H. (2001). Gray leaf spot control with fungicides. Fungi. Nematicide Tests 56, T32
  92. Dernoeden, P. H., Krouse, J. M. & Kaminski, J. E. (2001). Gray leaf spot control with fungicides. Fungi. Nematicide Tests 56, T31
  93. Towers, G. W. et al. (1999). Efficacy of fungicides for control of gray leaf spot on perennial ryegrass. Fungi. Nematicide Tests 55, 520–521
  94. Uddin, W., Soika, M. D. & Soika. (2005). Evaluation of Fungicides for Control of Gray Leaf Spot on Perennial Ryegrass. Penn State University Report 2 p.
  95. Vincelli, P., Dixon, E. & Williams, D. W. (2000). Efficacy of fungicides for control of gray leaf spot of perennial ryegrass. Nematicide Tests 56, T38
  96. Vincelli, P. & Williams, D. W. (1998). Efficacy of fungicides for control of gray leaf spot of perennial ryegrass. Fungi. Nematicide Tests 54, 524–525
  97. Vincelli, P., Dixon, E. & Williams, D. (1999). Efficacy of fungicides for control of gray leaf spot of perennial ryegrass. Nematicide Tests 55, 529
  98. Vincelli, P., Dixon, E. & Williams, D. (2002). Efficacy of fungicides for control of gray leaf spot of perennial ryegrass. Fungi. Nematicide Tests 57, T33
  99. Vincelli, P. (2000). Fungicide control of gray leaf spot. Golf Course Management Juin, 68–74
  100. Vincelli, P., Dixon, E. & Williams, D. (2000). Timing of fungicides for control of gray leaf spot of perennial ryegrass. Nematicide Tests 55, 531
  101. Vincelli, P. & Williams, D. (1999). Timing of Heritage 50WG fungicide for control of gray leaf spot of perennial ryegrass. Nematicide Tests 54, 526
  102. Kim, Y.-S., Dixon, E. W., Vincelli, P. & Farman, M. L. (2003). Field Resistance to Strobilurin (QoI) Fungicides in Pyricularia grisea Caused by Mutations in the Mitochondrial Cytochrome b Gene. Phytopathology 93, 891–900 https://doi.org/10.1094/PHYTO.2003.93.7.891
  103. Ma, B. & Uddin, W. (2009). Fitness and Competitive Ability of an Azoxystrobin-Resistant G143A Mutant of Magnaporthe oryzae from Perennial Ryegrass. Plant Disease 93, 1044–1049 https://doi.org/10.1094/PDIS-93-10-1044
  104. Vincelli, P. & Dixon, E. (2002). Evaluation of spray programs for controlling QoI resistant strains of Pyricularia Grisea on perennial ryegrass. Fungi. Nematicide Tests 57, T37
  105. Vincelli, P. & Munshaw, G. (2017). Chemical Control of Turfgrass Disease 2017. UKnowledge University of Kentucky, 1–32
  106. Sitther, V., Uddin, W. & Romaine, C. (2003). Suppression of gray leaf spot (blast) of perennial ryegrass turf by Pseudomonas aeruginosa from spent mushroom substrate. 26, https://doi.org/10.1016/S1049-9644(02)00170-6
  107. Viji, G. & Uddin, W. (2001). Biocontrol of gray leaf spot (blast) of perennial ryegrass by Bacillus lentimorbus. Phytopathology 91, S92
  108. McDonald, S. J., Dernoeden, P. H. & Bigelow, C. A. (2006). Dollar Spot and Gray Leaf Spot Severity as Influenced by Irrigation, Chlorothalonil, Paclobutrazol, and a Wetting Agent. Crop Science 46, 2675–2684 (2006).https://doi.org/10.2135/cropsci2005.12.0495